Marchés français ouverture 7 h 18 min
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,24 (-0,57 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,10 (-0,87 %)
     
  • Nikkei 225

    28 518,17
    +275,96 (+0,98 %)
     
  • EUR/USD

    1,2093
    +0,0010 (+0,08 %)
     
  • HANG SENG

    28 862,77
    +288,91 (+1,01 %)
     
  • BTC-EUR

    30 210,81
    -64,19 (-0,21 %)
     
  • CMC Crypto 200

    711,18
    -23,97 (-3,26 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     

Plus de ventes et moins de coûts, Renault lance sa « Renaulution »

AFP
·1 min de lecture

Avant la conférence de presse détaillant sa feuille de route pour affronter la révolution du secteur automobile, Renault a fait quelques annonces par voie de communiqué. Le groupe a ainsi déclaré jeudi 14 janvier qu'il va appliquer une « discipline stricte en matière de coûts ». Dans un contexte où ses ventes ont chuté de 21,3% au niveau mondial en 2020, ses marques Renault, Dacia, Alpine et Lada sont très exposées dans les pays qui ont été les plus sévèrement confinés.

Après un mariage raté avec Fiat-Chrysler, qui a finalement choisi Peugeot-Citroën, Renault sort aussi du scandale provoqué par l'arrestation et l'évasion au Japon de son ex-directeur général Carlos Ghosn, accusé de malversations financières.

Lire aussi : Fiat-Peugeot: les chiffres fous d'une fusion historique

La « Renaulution » : vendre moins mais plus cher

Deuxième constructeur mondial via son alliance avec Nissan-Mitsubishi, Renault doit maintenant s'engager à fond dans la transition écologique du secteur, devenir plus rentable, et s'adapter aux nouvelles habitudes de consommation des automobilistes, ce qu'il appelle la « Renaulution ».

Transfuge du groupe Volkswagen et arrivé en juillet, le nouveau directeur général de Renault Luca De Meo a déjà annoncé que le groupe allait privilégier « la profitabilité aux volumes », c'est-à-dire vendre moins de voitures mais les vendre plus cher.

Luca De Meo et Jean-Dominique (...) Lire la suite sur La Tribune.fr