La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 169,41
    +3,69 (+0,06 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 978,84
    +1,01 (+0,03 %)
     
  • Dow Jones

    33 800,60
    +297,03 (+0,89 %)
     
  • EUR/USD

    1,1905
    -0,0016 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    1 744,10
    -14,10 (-0,80 %)
     
  • BTC-EUR

    50 177,22
    -1 362,87 (-2,64 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 235,89
    +8,34 (+0,68 %)
     
  • Pétrole WTI

    59,34
    -0,26 (-0,44 %)
     
  • DAX

    15 234,16
    +31,48 (+0,21 %)
     
  • FTSE 100

    6 915,75
    -26,47 (-0,38 %)
     
  • Nasdaq

    13 900,19
    +70,88 (+0,51 %)
     
  • S&P 500

    4 128,80
    +31,63 (+0,77 %)
     
  • Nikkei 225

    29 768,06
    +59,08 (+0,20 %)
     
  • HANG SENG

    28 698,80
    -309,27 (-1,07 %)
     
  • GBP/USD

    1,3706
    -0,0029 (-0,21 %)
     

Vente de M6: quand la réglementation tricolore brouille le business

·2 min de lecture

Bertelsmann veut privilégier la vitesse et la vente en bloc du groupe M6, propriétaire notamment de la chaîne M6 et de RTL en France. Mais les contraintes réglementaires tricolores compliquent sacrément la donne. Explications.

Qui ? Ce feuilleton du printemps mobilise - et tient en haleine - tout le microcosme médiatique. Un dossier surveillé aussi de près par le pouvoir à quelques mois d’échéances électorales clés, la présidentielle en tête.

Fin janvier, le groupe allemand Bertelsmann, en quête de cash pour financer notamment ses ambitions dans l’édition, a ainsi annoncé la mise en vente de son ticket de 48 %, via sa filiale RTL Group, dans le groupe M6. Un ensemble composé de la chaîne gratuite éponyme, d’une flopée de chaînes de la TNT (Gulli, W9, 6ter), mais aussi d’un important pôle radio : RTL, première radio privée du pays et deuxième station nationale en termes d’audience, puis RTL 2 et de Fun Radio. De quoi provoquer un vrai big bang – et la consolidation tant attendue en France – dans le secteur, et alors que en début de semaine, le patron emblématique de Hachette, ouvre la voie, lui, à un mariage entre son fleuron de l’édition et Editis, propriété de Vivendi.

De nombreux candidats se sont manifestés : TF1 (Bouygues), Vivendi, un attelage mené par Xavier Niel, avec Matthieu Pigasse et Pierre-Antoine Capton, l’industriel tchèque Daniel Kretinsky ( Le Monde, Elle, Marianne…). Le 30 mars, toutefois, lors des résultats de Bertelsmann, , a affirmé qu’un rapprochement avec TF1 serait "conforme à la stratégie de Bertelsmann, qui consiste à poursuivre activement la consolidation du marché". L’Allemand, pour éviter les opérations tous azimuts, coûteuses en temps et en argent, privilégie une vente en bloc pour cette opération qu’il compte boucler avant l’été.

692 mediaNicolas de Tavernost, president du directoire du Groupe M6. - Rachat du Club des Girondins de Bordeaux. Conference de presse apres l\'audition de Joe DaGrosa devant les elus de Bordeaux Metropole - REA_268040_020
692 mediaNicolas de Tavernost, president du directoire du Groupe M6. - Rachat du Club des Girondins de Bordeaux. Conference de presse apres l\'audition de Joe DaGrosa devant les elus de Bordeaux Metropole - REA_268040_020

Freins réglementaires

Candidat "naturel" sur le papier, un mariage avec TF1, acteur traditionnel – comme Vivendi – s’annonce corsé sur le terrain réglementaire. En 1986, dans sa grande sagesse, le législateur avait ciselé des règles qui rendaient impossible un grand meccano entre deux méga-groupes audiovisuels français. C’est pourtant bien ce qui se prépare depuis que Bertelsmann s’est déclaré vendeur du groupe M6. Certes, le co[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi