Marchés français ouverture 6 h 10 min
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,26 (+0,66 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,44 (+0,88 %)
     
  • Nikkei 225

    29 613,02
    +255,20 (+0,87 %)
     
  • EUR/USD

    1,2165
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • HANG SENG

    28 610,65
    -26,85 (-0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    48 319,97
    -379,39 (-0,78 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 544,96
    +109,18 (+7,60 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     

Vente aux enchères: De belles cylindrées en vente à Saint-Etienne

·2 min de lecture

Une vente aux enchères par un commissaire-priseur fan de motos aura lieu le 18 avril à Saint-Etienne, avec au programme Kawasaki, Harley Davidson et quelques pièces rares.

Parfois, les commissaires-priseurs s'offrent le luxe de conjuguer leur métier avec leur passion. Maître Imbert, à Saint-Etienne, programme ainsi une fois par an une vente 100% motos. "L'édition du 18 avril sera un peu différente - vente live sur Interencheres -sans le public habituel des motards", souligne-t-il. "Nous avons tout de même rassemblé plusieurs collections, avec des modèles à petits prix qu'il faut restaurer et quelques machines mythiques." Pour les bricoleurs très avertis, les enchères débutent autour de 200-300 euros, avec une 125 Kawasaki B1 de 1967 ou une 125 Honda XL de 1987. Les amateurs de Harley Davidson pourront de leur côté enchérir sur des Electra Glide des années 1980 (5.000 à 6.000 euros), "de vrais fauteuils clubs pour faire de la route!", selon notre motard commissaire-priseur. Moins de confort attend les acheteurs de la Yamaha XT 500 de 1976 (7.000-8.000 euros), un des premiers modèles de motos de trail grand public. Egalement pour le tout-terrain, une BMW R80 G/S de 1982 (8 000-10 000 euros). Terminons dans un esprit d'aventure avec cette Brough Superior SS100 (50.000 à 55.000 euros). Il s'agit d'une (première moto à avoir franchi les 100 miles par heure, soit environ 160 km/h) que maître Imbert présente ainsi: "Elle a été modernisée techniquement, mais son look est le même que celui de la machine avec laquelle Lawrence d'Arabie a parcouru les déserts. Il en a eu sept, et s'est d'ailleurs tué avec la septième…"

Clémentine Pomeau-Peyre

Retrouvez cet article sur challenges.fr

A lire aussi