La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,51
    +28,42 (+0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 034,25
    +34,81 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,23 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,2168
    +0,0100 (+0,83 %)
     
  • Gold future

    1 832,00
    +16,30 (+0,90 %)
     
  • BTC-EUR

    47 753,75
    +1 678,52 (+3,64 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 480,07
    +44,28 (+3,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    64,82
    +0,11 (+0,17 %)
     
  • DAX

    15 399,65
    +202,91 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 129,71
    +53,54 (+0,76 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,39 (+0,88 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 357,82
    +26,45 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    28 610,65
    -26,81 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3990
    +0,0097 (+0,70 %)
     

La vente de drogue sur Snapchat et Instagram fait des ravages chez les adolescents américains

·1 min de lecture

L'un des derniers actes de la courte vie de Devin Norring s'est déroulé sur Snapchat. L'année dernière, le jeune homme de 19 ans originaire de Hastings, dans le Minnesota, est entré en contact avec un trafiquant de drogue sur le réseau social et s'est arrangé pour acheter une pilule antidouleur normalement délivrée sur ordonnance. Mais la pilule que le dealer lui a livrée contenait du fentanyl, un opiacé si puissant que le jeune est mort peu après l'avoir avalée.

Cette tragédie s'inscrit dans un schéma douloureux qui s'est répété au cours de l'année écoulée, propagé par l'immédiateté et la facilité que les adolescents attendent à l'ère des applications à la demande. Mais, contrairement aux répercussions de la publication d'une vidéo malencontreuse ou d'un commentaire regrettable sur Snapchat, les conséquences pour les adolescents qui achètent des pilules en ligne peuvent être irréversibles.

À lire aussi — Snapchat offre des millions de dollars à de jeunes créateurs de contenu pour concurrencer TikTok

À Los Angeles comme dans les petites villes du Minnesota, dans les familles célèbres aussi bien qu'au sein de la classe ouvrière, une drogue de 50 à 100 fois plus forte que la morphine fait des victimes à un rythme sans précédent pendant la pandémie. Les transactions sont parfois organisées par l'intermédiaire des réseaux sociaux auprès de jeunes gens qui restent à la maison.

"Je dirais que 80% des personnes que je connais qui ont perdu des enfants à cause d'un empoisonnement au (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Des millions de débris spatiaux s'accumulent en orbite, ils pourraient devenir dangereux
Près de la moitié des Français abonnés à Netflix partagent leur compte en dehors de leur foyer
Le masque n'est plus obligatoire à l'extérieur en Israël, où la majorité de la population est vaccinée
Des scientifiques ont créé un embryon hybride homme-singe en laboratoire
Microsoft lance le Xbox Game Pass dans le cloud sur iPhone, iPad et Windows, pour quelques chanceux