La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 935,98
    +218,89 (+0,65 %)
     
  • Nasdaq

    11 550,11
    +156,29 (+1,37 %)
     
  • Nikkei 225

    27 327,11
    -106,29 (-0,39 %)
     
  • EUR/USD

    1,0866
    +0,0009 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    21 842,33
    -227,40 (-1,03 %)
     
  • BTC-EUR

    21 330,72
    +184,40 (+0,87 %)
     
  • CMC Crypto 200

    526,70
    +7,90 (+1,52 %)
     
  • S&P 500

    4 059,13
    +41,36 (+1,03 %)
     

Vente d’OCS et d’Orange Studio, la belle affaire pour Canal+ ?

Après deux ans de suspense et de tractations, Orange et Canal+ finalisent le rachat par ce dernier d’OCS, la plateforme de télévision payante, ainsi que d’Orange Studio, son entité de cinéma. L’opération permet à la filiale de Vivendi d’étoffer son catalogue ainsi que les territoires où étendre la marque Canal+.  Elle doit encore être validée par l’Autorité de la concurrence.

Orange, producteur de contenus, c’est bientôt fini. Ce 9 janvier, l’opérateur de télécommunications a signé un protocole d’accord en vue de la vente d’OCS, sa filiale de télévision payante, ainsi que d’Orange Studio, son entité cinéma, au groupe Canal+.

L’épilogue de près de deux ans de suspense et de tractations a vu d’autres candidats surgir. Notamment Mediawan, dont le nom a un temps circulé, mais aussi Warner Bros Discovery. Ce partenaire historique d'OCS voyait dans la plateforme un socle d'abonnés clés en main pour démarrer en France son offre, annoncée pour 2024.

L’affaire doit toutefois encore recevoir le feu vert de l’Autorité de la concurrence, on ne peut plus attentive sur le secteur - en témoigne notamment son véto en septembre 2022 à la fusion entre TF1 et M6.

Orange et Canal+, de vieilles connaissances.

Orange et Canal+ sont de vieilles connaissances. Il y a douze ans déjà, la filiale de Vivendi et OCS avaient tenté de se rapprocher une première fois pour lancer une télévision premium payante. Le duo s’était alors heurté au veto des autorités de la concurrence. Mais c’était avant que les plateformes américaines ne déferlent en Europe. Et avant, surtout, qu’Orange ne décide de solder son aventure dans les contenus.

Nommée il y a près de dix mois, la nouvelle directrice générale de l’opérateur, Christel Heydemann, exclut tout big bang stratégique, mais s’efforce de rendre le groupe beaucoup plus agile en s’attaquant aux branches malades du groupes, à revitaliser ou à élaguer. Parmi ces branches, aux côtés d’OBS, la division services aux entreprises, ou encore Orange Bank, le pari raté dans les services financiers, figurait également OCS.

Christel Heydemann Crédit : ERIC PIERMONT/AFP
Christel Heydemann Crédit : ERIC PIERMONT/AFP

OCS, une affaire qui patine

Lancée en 2008, sous le règne de Didier Lombard et le pilotage zélé de Xavier Couture (ex-Canal+, ex-TF1), la plateforme de séries et de cinéma patine sur ce marché de plus en plus encombré. Malgré ses quelques trois millions d’abonnés, elle cumulerait quelque 500 millions d’euros de perte[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi