La bourse ferme dans 4 h 54 min
  • CAC 40

    5 996,29
    +202,14 (+3,49 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 459,26
    +117,09 (+3,50 %)
     
  • Dow Jones

    29 490,89
    +765,38 (+2,66 %)
     
  • EUR/USD

    0,9905
    +0,0078 (+0,79 %)
     
  • Gold future

    1 720,30
    +18,30 (+1,08 %)
     
  • BTC-EUR

    20 171,22
    +652,82 (+3,34 %)
     
  • CMC Crypto 200

    453,83
    +18,48 (+4,24 %)
     
  • Pétrole WTI

    84,38
    +0,75 (+0,90 %)
     
  • DAX

    12 598,51
    +389,03 (+3,19 %)
     
  • FTSE 100

    7 042,21
    +133,45 (+1,93 %)
     
  • Nasdaq

    10 815,43
    +239,82 (+2,27 %)
     
  • S&P 500

    3 678,43
    +92,81 (+2,59 %)
     
  • Nikkei 225

    26 992,21
    +776,42 (+2,96 %)
     
  • HANG SENG

    17 079,51
    -143,32 (-0,83 %)
     
  • GBP/USD

    1,1367
    +0,0048 (+0,42 %)
     

Vendredi noir en vue dans le ciel français

Un vol sur deux annulé: un vendredi noir s'annonce dans le ciel français en raison d'un appel à la grève du principal syndicat de contrôleurs aériens.

La Direction générale de l'Aviation civile (DGAC) a demandé mardi aux compagnies aériennes de renoncer à la moitié de leur programme de vols vendredi, potentiellement des centaines de mouvements d'aéronefs.

Cette décision a été prise à la suite d'un préavis de grève lancé par le SNCTA (Syndicat national des contrôleurs du trafic aérien) et concerne aussi bien la France métropolitaine que l'Outre-mer, a précisé l'administration dans un communiqué.

Malgré la mise en place d'un service minimum et la réduction préventive du trafic demandée, "des annulations de vols et des retards significatifs sont à prévoir sur l'ensemble du territoire", a prévenu la DGAC. Elle a donc invité "les passagers qui le peuvent à reporter leur voyage et à s'informer auprès de leur compagnie aérienne pour connaître l'état de leur vol".

Cette grève pourrait avoir aussi des répercussions sur l'ensemble du trafic aérien européen. L'administration a indiqué travailler "avec le gestionnaire du réseau européen (Eurocontrol) afin de proposer aux compagnies aériennes des mesures de contournement de l'espace aérien national".

Le service minimum concernera notamment des aéroports mais aussi les cinq centres en route de la navigation aérienne (CRNA), qui contrôlent les aéronefs "opérant dans un espace au-dessus de 6.000 m" d'altitude, selon la DGAC.

- Autre préavis fin septembre -

Le SNCTA, syndicat majoritaire chez les contrôleurs aériens, a souligné pour sa part avoir décidé de ce mouvement pour manifester son inquiétude "au sujet du niveau actuel de l'inflation ainsi que des recrutements à venir".

"Alors que le projet de loi de finances 2023, en cours d'élaboration, arrive devant le Parlement en octobre, l'absence de garanties de la DGAC et des pouvoirs publics est inacceptable", a ajouté le syndicat, dans un communiqué publié sur son site internet.

Ce préavis a été maintenu après des "discussions de conciliation", lors desquelles "aucune réponse (n'a été) apportée par la DGAC et les pouvoirs publics" à ses revendications, ce qui constitue "une provocation envers la profession", selon le syndicat.

"La compensation de l'inflation est une revendication sociale forte et juste, dont le financement est prévu par les plans de performance européens", a plaidé le SNCTA.

Outre la journée d'action de vendredi, le syndicat a annoncé le dépôt "d'un deuxième préavis du mercredi 28 septembre au vendredi 30 septembre 2022 inclus".

Sollicitée par l'AFP au sujet de l'adaptation de son dispositif pour vendredi, Air France a promis qu'elle "communiquera(it) dès que possible son programme de vols pour cette journée et informera(it) individuellement les passagers concernés". "La compagnie regrette ce mouvement qui aura des conséquences importantes pour ses clients", a-t-elle ajouté.

Ce mouvement des aiguilleurs du ciel intervient deux mois après une série de mouvements sociaux touchant des personnels d'aéroports, en particulier à Roissy-Charles-de-Gaulle. Ces grèves, à l'orée des vacances d'été, s'étaient traduites par l'annulation préventive de centaines de vols à la demande de la DGAC.

Là aussi, les grévistes réclamaient des hausses de salaires sur fond d'inflation galopante et des embauches pour une amélioration des conditions de travail.

tq/mra/uh/spi