La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 820,23
    +5,84 (+0,02 %)
     
  • Nasdaq

    15 181,84
    +20,31 (+0,13 %)
     
  • Nikkei 225

    30 323,34
    -188,37 (-0,62 %)
     
  • EUR/USD

    1,1767
    -0,0058 (-0,49 %)
     
  • HANG SENG

    24 667,85
    -365,36 (-1,46 %)
     
  • BTC-EUR

    40 561,77
    -583,97 (-1,42 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 226,16
    -7,13 (-0,58 %)
     
  • S&P 500

    4 479,40
    -1,30 (-0,03 %)
     

Varsovie accuse Minsk d'envoyer un nombre croissant de migrants à sa frontière

·2 min de lecture
VARSOVIE ACCUSE MINSK D'ENVOYER UN NOMBRE CROISSANT DE MIGRANTS À SA FRONTIÈRE

VARSOVIE (Reuters) - La Pologne a accusé jeudi la Biélorussie d'envoyer un nombre croissant de migrants à leur frontière en représailles à la décision de Varsovie d'accorder refuge à l'athlète biélorusse Kristsina Tsimanouskaïa, qui a refusé de rentrer dans son pays alors qu'elle se trouvait à Tokyo pour les Jeux olympiques.

Cette accusation s'inscrit dans la lignée de celle formulée le mois dernier par la Lituanie, autre pays voisin de la Biélorussie et membre lui aussi de l'Union européenne, qui a reproché aux autorités biélorusses d'affréter des avions pour envoyer des migrants à travers le bloc communautaire.

La défection de Kristsina Tsimanouskaïa alimente des tensions déjà vives entre l'UE et la Biélorussie, sanctionnée par Bruxelles après l'arrestation fin mai du journaliste et dissident Roman Protassevitch alors que celui-ci se trouvait à bord d'un avion de ligne, dont les autorités biélorusses ont forcé l'atterrissage.

Minsk mène une "guerre hybride avec l'Union européenne, avec l'aide de migrants illégaux", a affirmé à Varsovie le ministre adjoint de l'Intérieur, Maciej Wasik.

"Au cours des derniers jours, nous avons constaté un afflux (de migrants), nous traitons cela comme une réaction à l'asile accordé à la sprinteuse biélorusse", a-t-il ajouté auprès du groupe audiovisuel numérique Telewizja wPolsce.

Des représentants du gouvernement de Minsk n'ont pas pu être joints dans l'immédiat.

Le président biélorusse Alexandre Loukachenko a accusé jeudi la Lituanie et la Pologne d'alimenter la crise migratoire, dénonçant une volonté de la Lituanie de transporter de force des migrants en Biélorussie.

Les services douaniers polonais ont indiqué avoir arrêté un groupe de 71 migrants à la frontière avec la Biélorussie dans la nuit de mercredi à jeudi, après un autre groupe de 62 migrants, principalement des Irakiens, mercredi.

Il s'agit d'un total supérieur au nombre de migrants illégaux arrêtés à cette frontière par les douanes polonaises sur l'ensemble de l'année 2020 (122). Le mois dernier, 242 migrants ont été interceptés dans la région.

(Reportage Anna Wlodarczak-Semczuk et Agnieszka Barteczko, rédigé par Alan Charlish; version française Jean Terzian, édité par Jean-Stéphane Brosse)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles