La bourse ferme dans 4 h 15 min
  • CAC 40

    7 085,34
    -108,82 (-1,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 235,24
    -64,37 (-1,50 %)
     
  • Dow Jones

    34 715,39
    -313,26 (-0,89 %)
     
  • EUR/USD

    1,1338
    +0,0021 (+0,18 %)
     
  • Gold future

    1 833,10
    -9,50 (-0,52 %)
     
  • BTC-EUR

    34 098,69
    -3 253,89 (-8,71 %)
     
  • CMC Crypto 200

    909,86
    -85,40 (-8,58 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,98
    -1,57 (-1,84 %)
     
  • DAX

    15 635,79
    -276,54 (-1,74 %)
     
  • FTSE 100

    7 516,16
    -68,85 (-0,91 %)
     
  • Nasdaq

    14 154,02
    -186,23 (-1,30 %)
     
  • S&P 500

    4 482,73
    -50,03 (-1,10 %)
     
  • Nikkei 225

    27 522,26
    -250,67 (-0,90 %)
     
  • HANG SENG

    24 965,55
    +13,20 (+0,05 %)
     
  • GBP/USD

    1,3561
    -0,0039 (-0,29 %)
     

Variant Omicron : le témoignage d'un Français bloqué en Afrique du Sud

·1 min de lecture

Il ne pensait pas rester aussi longtemps en Afrique du Sud. Alors qu'il devait rentrer en France vendredi dernier, Kévin, 27 ans, s'est retrouvé sans aucun moyen de rentrer chez lui, bloqué à cause du variant Omicron. Son premier vol est reporté, le deuxième annulé. Les vols avec l'Afrique australe reprendront samedi avec un "encadrement drastique", a annoncé le gouvernement mercredi. Il était temps pour ce jeune homme, qui a un vol prévu le 3 janvier vers Paris.

Le Français se dit sans nouvelles des autorités françaises

Depuis l'annonce de la découverte d'un nouveau variant du Covid-19, appelé Omicron, plusieurs pays dont la France avaient décidé vendredi de suspendre leurs vols en provenance d'Afrique australe. Parmi les pays concernés : le Botswana, l'Eswatini, le Lesotho, le Mozambique, la Namibie, le Zimbabwe et l'Afrique du Sud.

>> À LIRE AUSSIOmicron, une menace pour les vacances de Noël à l'étranger ?

Mais depuis cinq jours, le scénario se répète. Alors qu'il pense pouvoir monter à bord d'un avion, direction la capitale française, son vol est reporté. "Ça se trouve, quand on va arriver au 3 janvier, ils vont encore reculer la date", craint-il. En attendant, Kévin dort à l'hôtel depuis cinq jours, à ses frais. "On est obligé de taper dans nos économies ou même de demander à notre famille de nous aider", témoigne-t-il. Depuis vendredi, il a dépensé entre 300 et 350 euros pour se loger.

Alors que la suspension des liaisons aériennes avec les pays d'Afrique austra...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles