La bourse est fermée
  • Dow Jones

    31 607,77
    +675,40 (+2,18 %)
     
  • Nasdaq

    13 588,12
    +395,77 (+3,00 %)
     
  • Nikkei 225

    29 663,50
    +697,49 (+2,41 %)
     
  • EUR/USD

    1,2048
    -0,0039 (-0,33 %)
     
  • HANG SENG

    29 452,57
    +472,36 (+1,63 %)
     
  • BTC-EUR

    40 237,88
    +3 608,66 (+9,85 %)
     
  • CMC Crypto 200

    969,87
    +41,64 (+4,49 %)
     
  • S&P 500

    3 909,50
    +98,35 (+2,58 %)
     

Variant anglais du Covid-19 : l'épidémiologiste Pascal Crépey "pas certain" qu'un confinement comme celui de novembre suffise à le contrôler

franceinfo
·1 min de lecture

Un reconfinement n'est pour le moment pas évoqué par le gouvernement, mais Jean-François Delfraissy, le président du Conseil scientifique, et de nombreux épidémiologistes poussent pour qu'un nouveau confinement soit mis en place. Mais à quoi pourrai-il ressembler ? Très strict comme au printemps dernier ou plus léger comme à l'automne ? "On n'est pas certain qu'un confinement comme celui de novembre suffise à contrôler" le variant anglais, prévient Pascal Crépey, enseignant-chercheur en épidémiologie et en biostatistique à l’Ecole des hautes études de santé publiques (EHESP) de Rennes, invité de franceinfo lundi 25 janvier.

franceinfo : Les chiffres sont relativement stables. Pourquoi un tel appel à un nouveau confinement de la part des épidémiologistes ?

Pascal Crépey : C'est à cause de l'exemple anglais qui nous montre à quel point ce nouveau variant britannique peut rendre incontrôlable l'épidémie. Il y a aussi le fait que ce variant est sur notre territoire. L'Angleterre sert un peu de sonnette d'alarme, comme l'Italie au début de la crise.

Le gouvernement affirme que le couvre-feu a permis de faire baisser les contaminations dans les départements où il a été pris tôt. Cela ne suffit pas ?

C'est un peu tôt parce que les (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi