La bourse ferme dans 5 h 38 min
  • CAC 40

    5 507,34
    -16,18 (-0,29 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 571,56
    -21,27 (-0,59 %)
     
  • Dow Jones

    30 937,04
    -22,96 (-0,07 %)
     
  • EUR/USD

    1,2134
    -0,0034 (-0,28 %)
     
  • Gold future

    1 844,60
    -6,30 (-0,34 %)
     
  • BTC-EUR

    25 788,23
    -449,61 (-1,71 %)
     
  • CMC Crypto 200

    627,27
    -12,65 (-1,98 %)
     
  • Pétrole WTI

    52,97
    +0,36 (+0,68 %)
     
  • DAX

    13 795,95
    -75,04 (-0,54 %)
     
  • FTSE 100

    6 636,71
    -17,30 (-0,26 %)
     
  • Nasdaq

    13 626,06
    0,00 (0,00 %)
     
  • S&P 500

    3 849,62
    -5,74 (-0,15 %)
     
  • Nikkei 225

    28 635,21
    +89,03 (+0,31 %)
     
  • HANG SENG

    29 297,53
    -93,73 (-0,32 %)
     
  • GBP/USD

    1,3736
    +0,0004 (+0,03 %)
     

Variant anglais, couvre-feu, reconfinement... La reprise économique fragilisée

·2 min de lecture

La menace du variant anglais et les risques d’un troisième reconfinement rendent bien plus incertaine la réalisation de l’objectif de croissance pour 2021, fixé par le gouvernement à 6 %.

Un "défi". Voilà comment d’une croissance du PIB de 6% en 2021, ce mardi 12 janvier, à l’occasion de ses vœux à la presse. Et pour cause, les nuages sanitaires ne cessent de s’amonceler au-dessus de l’économie française depuis le déconfinement de la mi-décembre. Le nombre de contaminations est repartie à la hausse, atteignant une moyenne quotidienne de plus de 18.000 cas. Et le variant anglais ultra contagieux du Covid, déjà détecté à Bagneux ou Marseille, fait redouter une envolée incontrôlable de l’épidémie dans les prochaines semaines. Le Premier ministre, J. Il pourrait annoncer une généralisation du couvre-feu à l’ensemble du territoire national, et n’exclut plus de devoir reconfiner une troisième fois le pays dans les prochaines semaines. De quoi torpiller le scénario d’une reprise soutenue de la croissance en 2021?

Une année 2020 moins pire que prévue

L’objectif de 6% remonte à la mi-novembre. Il constituait déjà une révision à la baisse par rapport à la prévision figurant dans le projet de loi de finances de 2021, présenté fin septembre, qui était de 8%. En revanche, Bercy avait laissé inchangée sa prévision pour 2020 à –11%. Or, l’on sait aujourd’hui que la récession devrait être légèrement moins sévère, de l’ordre de 9% selon les conjoncturistes. De quoi donner un peu plus de souffle à l’économie pour démarrer l’année. Cette relative bonne surprise s’explique par le fait que le confinement de novembre a bien moins pesé sur l’activité qu’au printemps, avec une perte de 12% contre 31% en avril, l’industrie et le bâtiment ayant pu continuer à fonctionner quasi normalement. "La production de biens manufacturés a même légèrement progressé et atteint son plus haut niveau depuis février 2020", souligne Mathieu Plane de l’OFCE.

La a aussi permis de limiter les dégâts en décembre, d’autant que la confiance des consommateurs est remontée en flèche avec le desserrement des contraintes. L’indicateur de l’Insee a ainsi retrouvé son niveau de septembre, la proportion[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi