La valeur du jour à Paris - CGGVERITAS : ondes négatives

COURS LIÉS

SymboleCoursVariation
F3D.BE42,220,00
DJCI25,7120,082


(AOF) - CGGVeritas (-2,97% à 21,405 euros) est affecté par le profit warning lancé par le groupe néerlandais Fugro (Berlin: F3D.BE - actualité) , dont le titre plonge de plus de 20% à Amsterdam. Le groupe d'ingénierie a fortement déçu les investisseurs en annonçant ce matin que son résultat net annuel devrait s'élever à 280 millions d'euros et non plus à 310 millions, comme promis initialement. Fugro est pénalisé par les performances décevantes de sa division Géoscience (géophysique et géologie), en cours de rachat par CGGVeritas. Selon Fugro, les clients sont attentistes dans l'attente de la clôture de la transaction.


Résultat, cette branche devrait enregistrer une plus faible utilisation de la flotte et un taux d'utilisation probablement limité au dernier trimestre, qui affecteront les résultats du quatrième trimestre.

Les brokers sont partagés sur l'éventuel impact de ce profit warning sur CGGVeritas. "Bien que nous pensons toujours que les perspectives de prix dans l'activité sismique restent élevées, la faiblesse du carnet de commandes associée aux acquisitions de navires risquent d'affecter CGGVeritas et de renforcer les interrogations sur le prix de la transaction", estime UBS (NYSEArca: DJCI - actualité) . Le bureau d'études pense que ce profit warning pourrait inciter CGGVeritas à renégocier le prix de l'opération, retardant par voie de conséquence sa finalisation.

Plus optimiste, Oddo rappelle que ce profit warning s'explique pour l'essentiel par une activité probablement perturbée par la cession des activités Geoscience du groupe. Il s'agit selon le bureau d'études de facteurs propres à la société néerlandaise alors que les fondamentaux du marché restent sains.

A l'inverse d'UBS, CA Cheuvreux ne pense pas que cet avertissement sur résultats pénalise le processus de rachat de Geosciences. En première approche, le courtier a toutefois réduit de 2,5% sa prévision de bénéfices de CGG compte tenu du ralentissement de l'activité Geosciences, intégrée l'an prochain au groupe français.



AOF - EN SAVOIR PLUS


- Bibliothèque multi-client jeune ;
- Bonne flexibilité financière.

Les points faibles de la valeur
- Secteur ultra cyclique en tant que premier maillon de la chaîne des services pétroliers : très forte sensibilité aux réductions d'investissement ;
- Importantes surcapacités en bas de cycle et fortes pressions concurrentielles ;
- Division Services, en phase de restructuration, toujours en perte.
- Activité soumise au risque géopolitique ;
- Pas de dividende.

Comment suivre la valeur
- Forte dépendance aux investissements des compagnies pétrolières ;
- Activités sismiques en amont de la chaîne d'investissement ; premières bénéficiaires du redémarrage des dépenses mondiales d'Exploration/Production ;
- Forte corrélation positive entre le prix du pétrole et les dépenses d'investissements ;
- Catalyseur boursier : redressement de la division Services ;
- Capital très ouvert dans un secteur en pleine consolidation.

LE SECTEUR DE LA VALEUR

Pétrole et parapétrolier
L'Agence internationale de l'Energie (AIE (SNP: ^AIEY - actualité) ) a revu ses prévisions de demande mondiale de pétrole pour 2012 et 2013 du fait d'un contexte économique défavorable. La demande totale de brut dans le monde serait de 89,6 millions de barils par jour en 2012 et de 90,5 millions en 2013. Cela correspond respectivement à 0,3 mbj (million de barils par jour) et 0,4 mbj de moins que la précédente prévision. La hausse de la demande sera essentiellement portée par les pays émergents. Cette révision de prévision a été influencée par une réduction de la demande de la part des deux grands consommateurs mondiaux, la Chine et les Etats-Unis, qui représentent à eux seuls le tiers de la demande mondiale de pétrole. L'AIE estime que les cours du pétrole pourraient rester élevés dans les mois à venir du fait des tensions géopolitiques, en particulier entre l'Iran et l'Occident concernant le programme nucléaire iranien.