La valeur du jour à Paris - CGGVERITAS : résultats moins bon que prévu

COURS LIÉS

SymboleCoursVariation
F3D.BE42,220,00
GS157,440,22
BHIF.EX0,00


(AOF) - CGGVeritas signe l'une des plus mauvaises performances du SBF 120. Le titre du groupe parapétrolier recule de 1,66% à 24,885 euros, pénalisé par la publication de résultats trimestriels inférieurs aux attentes. Le spécialiste de la recherche sismique affiche toutefois un bond de 45% depuis le début de l'année. Au troisième trimestre, le résultat net a atteint 48 millions de dollars contre 40 millions au troisième trimestre 2011. Le groupe a enregistré un résultat opérationnel de 114 millions, en hausse de 17%, mais nettement en-dessous des attentes du consensus qui le donnait à 133 millions.

La marge opérationnelle est ressortie à 13%. Le chiffre d'affaires s'est établi, quant à lui, à 855 millions de dollars, en hausse de 7%, inférieur au consensus de 918 millions.

Ces résultats s'expliquent notamment par la baisse des ventes de Sercel, la filiale du groupe spécialisée dans l'exploration des sols dont le chiffre d'affaires est ressorti à 283 millions de dollars au troisième trimestre contre 285 millions au trimestre précédent, commente Goldman Sachs (NYSE: GS - actualité) dans une note.

A propos de ses perspectives, CGGVeritas a confirmé ses objectifs 2012 à savoir une hausse du chiffre d'affaires comprise entre 10 et 15% et un résultat opérationnel de l'ordre de 450 à 460 millions de dollars, en ligne avec le consensus. Le dernier trimestre devrait bénéficier de l'annonce de mise aux enchères de blocs dans le Golfe du Mexique et au Brésil, dans l'activité multi-clients.

Le groupe est, par ailleurs, confiant pour 2013, évoquant ® la poursuite du cycle favorable pour son industrie ¯.

En marge de cette publication, CGGVeritas a annoncé un accord de coopération avec Baker Hughes (EUREX: BHIF.EX - actualité) visant à optimiser les forages d'hydrocarbures. ® Dans la continuité de l'acquisition de l'activité Geosciences de Fugro (Berlin: F3D.BE - actualité) , ce partenariat s'intègre dans la stratégie du groupe de se positionner davantage en amont du cycle pétrolier sur l'activité de Réservoir et de fourniture d'une offre plus intégrée ¯, souligne Gilbert Dupont.




AOF - EN SAVOIR PLUS


- Bibliothèque multi-client jeune ;
- Bonne flexibilité financière.

Les points faibles de la valeur
- Secteur ultra cyclique en tant que premier maillon de la chaîne des services pétroliers : très forte sensibilité aux réductions d'investissement ;
- Importantes surcapacités en bas de cycle et fortes pressions concurrentielles ;
- Division Services, en phase de restructuration, toujours en perte.
- Activité soumise au risque géopolitique ;
- Pas de dividende.

Comment suivre la valeur
- Forte dépendance aux investissements des compagnies pétrolières ;
- Activités sismiques en amont de la chaîne d'investissement ; premières bénéficiaires du redémarrage des dépenses mondiales d'Exploration/Production ;
- Forte corrélation positive entre le prix du pétrole et les dépenses d'investissements ;
- Catalyseur boursier : redressement de la division Services ;
- Capital très ouvert dans un secteur en pleine consolidation.

LE SECTEUR DE LA VALEUR

Pétrole et parapétrolier
L'Agence internationale de l'Energie (AIE (SNP: ^AIEY - actualité) ) a revu ses prévisions de demande mondiale de pétrole pour 2012 et 2013 du fait d'un contexte économique défavorable. La demande totale de brut dans le monde serait de 89,6 millions de barils par jour en 2012 et de 90,5 millions en 2013. Cela correspond respectivement à 0,3 mbj (million de barils par jour) et 0,4 mbj de moins que la précédente prévision. La hausse de la demande sera essentiellement portée par les pays émergents. Cette révision de prévision a été influencée par une réduction de la demande de la part des deux grands consommateurs mondiaux, la Chine et les Etats-Unis, qui représentent à eux seuls le tiers de la demande mondiale de pétrole. L'AIE estime que les cours du pétrole pourraient rester élevés dans les mois à venir du fait des tensions géopolitiques, en particulier entre l'Iran et l'Occident concernant le programme nucléaire iranien.