Marchés français ouverture 6 h 32 min
  • Dow Jones

    30 937,04
    -22,96 (-0,07 %)
     
  • Nasdaq

    13 626,06
    -9,93 (-0,07 %)
     
  • Nikkei 225

    28 717,46
    +171,28 (+0,60 %)
     
  • EUR/USD

    1,2170
    +0,0001 (+0,01 %)
     
  • HANG SENG

    29 391,26
    0,00 (0,00 %)
     
  • BTC-EUR

    26 461,91
    -564,09 (-2,09 %)
     
  • CMC Crypto 200

    649,33
    +2,01 (+0,31 %)
     
  • S&P 500

    3 849,62
    -5,74 (-0,15 %)
     

Valéry Giscard d'Estaing : des obsèques dans la plus stricte intimité

·1 min de lecture

C’est dans la plus stricte intimité, comme il le souhaitait, que se sont déroulées samedi matin, à Authon, dans le Loir-et-Cher, les obsèques de Valéry Giscard d'Estaing, disparu mercredi à 94 ans. La cérémonie tranchait par sa sobriété avec celle, un an plus tôt, en hommage à Jacques Chirac. Il reposera auprès de sa fille Jacinthe, disparue des suites d’une longue maladie en 2018.

 

>> Retrouvez le journal de la mi-journée week-end en podcast et en replay ici 

La France, l'Europe et la famille ont été les trois seules accompagnatrices du cortège funèbre. La France et l'Europe à travers deux drapeaux étendus sur le cercueil, et la famille avec cette haie formée devant l'église. L’ancienne première dame Anne-Aymone, ses enfants et leurs compagnes avaient le visage caché par des masques noirs. Ils étaient suivis par Geoffroy de Rocquencourt, le secrétaire de la Fondation Giscard. "C’était un grand patron, quelqu'un pour qui l'on avait beaucoup d'admiration. Il est important que l’on puisse témoigner notre amitié à son égard et notre respect", a-t-il confié au micro d’Europe 1.

LIRE AUSSI - Jean-Luc Petitrenaud raconte le Valéry Giscard d’Estaing fin gourmet

Une parcelle privée

Le cortège s’est ensuite déplacé vers une petite parcelle attenante au cimetière. C'est là que se trouve le lieu de sépulture privée de "VGE". "C'est la fin d'une très longue histoire. Il aimait cet environnement, c’est là qu'il avait décidé de reposer, et la famille a suivi ses désirs", e...


Lire la suite sur Europe1