La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,14
    +96,81 (+1,54 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 017,44
    +64,99 (+1,64 %)
     
  • Dow Jones

    34 416,49
    +395,04 (+1,16 %)
     
  • EUR/USD

    1,2148
    +0,0063 (+0,52 %)
     
  • Gold future

    1 841,70
    +17,70 (+0,97 %)
     
  • BTC-EUR

    41 525,52
    +1 707,55 (+4,29 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 412,56
    +54,00 (+3,97 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,36
    +1,54 (+2,41 %)
     
  • DAX

    15 416,64
    +216,96 (+1,43 %)
     
  • FTSE 100

    7 043,61
    +80,28 (+1,15 %)
     
  • Nasdaq

    13 437,97
    +312,98 (+2,38 %)
     
  • S&P 500

    4 177,86
    +65,36 (+1,59 %)
     
  • Nikkei 225

    28 084,47
    +636,46 (+2,32 %)
     
  • HANG SENG

    28 027,57
    +308,90 (+1,11 %)
     
  • GBP/USD

    1,4101
    +0,0050 (+0,35 %)
     

Valérie s’inquiète pour l’avenir de son fils autiste : "C’est ma grande angoisse"

·1 min de lecture

Le fils de Valérie est autiste. Pendant la semaine, il est pris en charge dans un institut médico-éducatif (IME), mais pas pendant les vacances scolaires. Ne trouvant pas de solution pour le faire garder, elle a alors été obligée de démissionner. Valérie s’inquiète beaucoup pour l’avenir de son fils quand il sera adulte et qu’elle ne sera plus là pour s’occuper de lui. Face au manque d’établissements pour adultes autistes, elle songe alors à créer sa propre structure. Sur "La Libre antenne", Valérie raconte les difficultés de son quotidien de mère d’un enfant autiste.

>> Écoutez le témoignage de Valérie en intégralité ici

"J'ai un garçon autiste qui a 14 ans. ll y a un peu plus d’un an, j’ai démissionné par obligation. Mon fils, Yann, est pris en charge par un IME (Institut médico-éducatif) toute la semaine, mais pas pendant les vacances scolaires. Je ne pouvais pas travailler parce que je ne trouvais personne pour le garder. A l'époque, mes grands enfants le gardaient pendant les vacances et les samedis quand je travaillais. Puis, ils sont partis faire leurs études dans d’autres villes. Il a donc fallu que je démissionne. Je n'étais pas bien à l'époque. J'ai vécu une année compliquée, mais j'ai avancé. J’ai même monté une association. 

" La fratrie souffre aussi de cette situation "

Je pense que maintenant, tout le monde sait ce que c’est l’autisme parce qu’on en parle souvent. Mais autour de l'autisme, il y a les difficultés des parents pour travailler, surtout les mè...


Lire la suite sur Europe1