Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 934,17
    +6,74 (+0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 894,86
    +17,09 (+0,35 %)
     
  • Dow Jones

    39 087,38
    +90,99 (+0,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0839
    +0,0032 (+0,29 %)
     
  • Gold future

    2 091,60
    +36,90 (+1,80 %)
     
  • Bitcoin EUR

    56 821,45
    -375,35 (-0,66 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,81
    +1,55 (+1,98 %)
     
  • DAX

    17 735,07
    +56,88 (+0,32 %)
     
  • FTSE 100

    7 682,50
    +52,48 (+0,69 %)
     
  • Nasdaq

    16 274,94
    +183,02 (+1,14 %)
     
  • S&P 500

    5 137,08
    +40,81 (+0,80 %)
     
  • Nikkei 225

    39 910,82
    +744,63 (+1,90 %)
     
  • HANG SENG

    16 589,44
    +78,00 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,2655
    +0,0029 (+0,23 %)
     

Vahina Giocante, victime d’inceste : elle brise le silence après la lettre d’Adèle Haenel

©Denis Guignebourg / Bestimage

Le 12 mai dernier, Vahina Giocante a décidé d’apporter son soutien à Adèle Haenel et a révélé avoir été victime d’inceste.

Le 9 mai dernier, Adèle Haenel a pris la décision de se retirer du cinéma français. Dans une lettre ouverte publiée sur le site de « Télérama », l’actrice a expliqué vouloir politiser son « arrêt du cinéma pour dénoncer la complaisance généralisée du métier vis-à-vis des agresseurs sexuels, et plus généralement, la manière dont ce milieu collabore avec l’ordre mortifère écocide raciste du monde tel qu’il est ». « Je vous annule de mon monde. Je pars, je me mets en grève, je rejoins mes camarades pour qui la recherche du sens et de la dignité prime sur celle de l’argent et du pouvoir », avait-elle conclu.

Lire aussi >> Adèle Haenel : pourquoi l’actrice a pris ses distances avec le cinéma

Victime d’inceste jusqu’à ses 11 ans

Une forte décision qui a inspiré Vahina Giocante, révélée à l’âge de 14 ans dans « Marie Baie des Anges », en 1998, puisqu’elle a décidé de livrer son propre témoignage tout en apportant son soutien à Adèle Haenel. « La vie d’Adèle résonne avec la mienne de manière criante. J’ai commencé comme elle à être exposée devant une caméra lorsque j’étais enfant. J’avais ce même regard endurci par l’épreuve, le regard de celui qui survit, qui fait appel à sa force intérieure pour ne pas s’écrouler. Je jouais des rôles qui parlaient à ma place, je pouvais me cacher derrière des répliques ou les émotions des personnages, je transformais mon silence et ma douleur comme une...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi