La bourse ferme dans 4 h 12 min
  • CAC 40

    6 252,38
    +18,24 (+0,29 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 008,17
    +14,74 (+0,37 %)
     
  • Dow Jones

    34 035,99
    +305,10 (+0,90 %)
     
  • EUR/USD

    1,1995
    +0,0019 (+0,16 %)
     
  • Gold future

    1 777,60
    +10,80 (+0,61 %)
     
  • BTC-EUR

    50 475,91
    -2 222,52 (-4,22 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 348,63
    -32,32 (-2,34 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,47
    +0,01 (+0,02 %)
     
  • DAX

    15 371,07
    +115,74 (+0,76 %)
     
  • FTSE 100

    7 015,44
    +31,94 (+0,46 %)
     
  • Nasdaq

    14 038,76
    +180,92 (+1,31 %)
     
  • S&P 500

    4 170,42
    +45,76 (+1,11 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,68 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 969,71
    +176,57 (+0,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,3785
    +0,0001 (+0,01 %)
     

Vaccins anti-Covid-19 : quels pays se cachent derrière l’attaque de l’Agence européenne du médicament ?

Fabrice Auclert, Journaliste
·2 min de lecture

La course aux vaccins contre la Covid-19 a également fait l’objet d’une guerre silencieuse, celle du cyberespionnage. Selon les informations du journal néerlandais de Volkskrant, relayé par Reuters, la Russie et la Chine auraient lancé des cyberattaques contre l’Agence européenne du médicament (AEM) durant le mois de décembre. Il s'agissait essentiellement d'obtenir des informations sur les vaccins en cours d’autorisation sur le marché. Les premiers à avoir commis ces intrusions seraient les Chinois. Ils se seraient attaqués aux serveurs de l’organisme dès le premier semestre 2020.

Du côté des Russes, les experts ont pu déterminer qu’ils avaient accédé à ces documents durant plus d’un mois. Dans les deux cas, les États cherchaient surtout à connaitre les volumes de production et à établir la liste des pays ayant commandé les vaccins Pfizer-BioNTech

Pirater pour mieux proposer Spoutnik-V et SinoVac

Comme Futura l’avait déjà relaté, cette révélation vient donner une attribution à cette cyberattaque qui avait touché l’AEM en décembre. À l'époque, l'AEM assurait qu'aucune donnée personnelle n'avait été piratée mais que les documents en rapport à la demande d’autorisation du vaccin Pfizer-BioNTech avaient été dérobés. On avait pu retrouver les documents manipulés sur le darknet russe. Ils étaient mis en scène de façon à ce que leurs contenus puissent saper la confiance sur ces vaccins. De leur côté, la Russie et la Chine avaient, comme à leur habitue, nié toute campagne de piratage.

En plus de leur tendance à la cyberpiraterie par des groupes de hackers plus ou moins orchestrés par les autorités, les deux États produisent également leurs propres vaccins avec respectivement Spoutnik-V et SinoVac. Comme les pirates axaient essentiellement leurs recherches sur les données relatives aux commandes, il est probable que les deux pays cherchaient à exploiter ces informations pour cibler et démarcher les pays n’étant pas suffisamment approvisionnés pour leur proposer leurs...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura