La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 612,76
    -21,01 (-0,32 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 089,30
    -27,47 (-0,67 %)
     
  • Dow Jones

    34 935,47
    -149,06 (-0,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,1872
    -0,0024 (-0,20 %)
     
  • Gold future

    1 812,50
    -18,70 (-1,02 %)
     
  • BTC-EUR

    34 988,11
    +1 835,33 (+5,54 %)
     
  • CMC Crypto 200

    955,03
    +5,13 (+0,54 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,81
    +0,19 (+0,26 %)
     
  • DAX

    15 544,39
    -96,08 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 032,30
    -46,12 (-0,65 %)
     
  • Nasdaq

    14 672,68
    -105,59 (-0,71 %)
     
  • S&P 500

    4 395,26
    -23,89 (-0,54 %)
     
  • Nikkei 225

    27 283,59
    -498,83 (-1,80 %)
     
  • HANG SENG

    25 961,03
    -354,29 (-1,35 %)
     
  • GBP/USD

    1,3908
    -0,0050 (-0,35 %)
     

Vaccination, retraites: Macron, le président cogneur et réformateur

·2 min de lecture

ÉDITO - En s'adressant aux Français ce 12 juillet, Emmanuel Macron s'est montré volontaire et persuasif et, pour la première fois, a posé les pierres théoriques de la prochaine bataille présidentielle.

Il était temps, et même grand temps, que le chef de l’Etat s’explique et, d’abord, nous explique. Que compte-t-il faire -ou ne pas faire tout aussi bien- jusqu’à la prochaine élection présidentielle, au printemps 2022? Macron le beau parleur s’était figé dans le silence depuis quelque temps déjà, à l’exception d’un long (et passionnant) entretien historico-idéologique dans les colonnes de la revue Zadig et d’une vidéo à teneur économico-sociale diffusée . Sinon rien -hormis des bruits de couloir et des fuites plus ou moins organisées sur des sujets de (très) grande importance, en particulier , la mise en place d’un , ou le retour dès la rentrée de septembre de "la" réforme maudite, celle des retraites.

Lire aussi

En attendant Macron donc, selon les bonnes vieilles traditions de la 5ème République où rien ne compte hormis les prêches du monarque-président… Cette fois -première entorse à la coutume- Emmanuel Macron avait choisi de quitter en l’Élysée, les ors et le lustre du palais. Le choix d’un lieu ultra branché, le Grand Palais "éphémère" sur le Champ-de-Mars avec la Tour Eiffel pour fond d’écran, n’avait rien d’anodin: ce changement de lieu, de cadre, d’espace, de décorum signifiait la volonté d’une projection dans l’avenir, un pas explicite dans la quête d’un second mandat. Mais il y avait un préalable, une figure imposée: les conséquences pour chacun des Français du variant Delta.

Courage sanitaire

Se méfiant des "enfermistes" depuis le premier jour du Covid-19, capable de prendre des risques pour desserrer l’étau sanitaire, Emmanuel Macron n’a pourtant jamais cédé aux "libertariens" du Covid, tous ceux qui, responsables politiques, philosophes, éditorialistes et journalistes, d’extrême-droite et d’extrême-gauche, se sont en réalité opposés à toute mesure de précaution visant au ralentissement de la pandémie. Dans le contexte nouveau du variant Delta, conscient de ses responsabilités individuelles et collectives, , à les cogner, imposant la vaccination obligato[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles