La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 495,83
    -61,57 (-0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 730,32
    -47,06 (-1,25 %)
     
  • Dow Jones

    33 706,74
    -292,30 (-0,86 %)
     
  • EUR/USD

    1,0044
    -0,0048 (-0,47 %)
     
  • Gold future

    1 760,30
    -10,90 (-0,62 %)
     
  • BTC-EUR

    20 884,43
    -2 424,63 (-10,40 %)
     
  • CMC Crypto 200

    504,88
    -36,72 (-6,78 %)
     
  • Pétrole WTI

    89,91
    -0,59 (-0,65 %)
     
  • DAX

    13 544,52
    -152,89 (-1,12 %)
     
  • FTSE 100

    7 550,37
    +8,52 (+0,11 %)
     
  • Nasdaq

    12 705,21
    -260,13 (-2,01 %)
     
  • S&P 500

    4 228,48
    -55,26 (-1,29 %)
     
  • Nikkei 225

    28 930,33
    -11,81 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    19 773,03
    +9,12 (+0,05 %)
     
  • GBP/USD

    1,1823
    -0,0109 (-0,92 %)
     

Vaccination obligatoire, facultative? Aux Etats-Unis, les employeurs ont le tournis

·2 min de lecture

Depuis deux mois, les employeurs américains ont l'impression d'être la balle de ping-pong que se renvoient par tribunaux interposés les Républicains et l'administration Biden, cette dernière voulant imposer la vaccination dans les entreprises de plus de 100 salariés. La Cour suprême tranchera bientôt.

Pitié! C'est la complainte des entreprises américaines face au Covid-19, déboussolées et désorganisées par un absentéisme massif. Pitié! C'est l'autre complainte des mêmes entreprises, à peine moins bruyantes, devant , avec, dans le rôle de la balle de ping-pong... les entrepreneurs.

Tout était pourtant réglé comme du papier à musique: ce mardi 4 janvier devait être ou, à défaut, se soumettent à un test de dépistage du Covid-19 au moins une fois par semaine. En annonçant le 4 novembre cette réglementation, qui concerne 84 millions de salariés du privé, Joe Biden savait qu'il déclencherait une offensive tous azimuts de la droite et de groupes représentant les entreprises. Il n'anticipait sans doute pas le vertige que ce ballet légal a causé aux chefs d'entreprise.

Depuis deux mois, la réglementation du département du Travail est ballottée d'une cour d'appel à l'autre, tantôt bloquée, tantôt réinstituée. Une autre obligation vaccinale fédérale similaire, qui concerne 17 millions de personnels de santé, a subi le même sort. La Cour suprême, qui aura le dernier mot, commencera à délibérer le 7 janvier sur les deux réglementations.

Polarisation politique effarante de la pandémie

Que décidera-t-elle? Impossible à dire. Sur le papier, la loi donne aux agences fédérales concernées le pouvoir d'instaurer ce genre de réglementation. L'agence gouvernementale dont la mission est la prévention des blessures, maladies et décès dans le cadre du travail, a notamment le pouvoir d'intervenir lorsque les salariés "sont exposés à un danger grave dû à l'exposition à des substances ou à des agents jugés toxiques ou physiquement dangereux, ou à de nouveaux dangers."

Mais entre la lettre de la loi et son interprétation, il y a la Cour suprême, et cette dernière, très conservatrice, pourrait bien décider que l'activisme fédéral anti-Covid de Biden enfreint de façon excessive les droits des individus ou empiète sur ceux des Etats ou des entreprises. Le suspense reste donc entier, dominé par[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles