La bourse ferme dans 45 min
  • CAC 40

    5 799,71
    -10,02 (-0,17 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 693,12
    -14,60 (-0,39 %)
     
  • Dow Jones

    31 418,92
    +27,40 (+0,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,2060
    -0,0028 (-0,23 %)
     
  • Gold future

    1 708,40
    -25,20 (-1,45 %)
     
  • BTC-EUR

    42 088,04
    +804,57 (+1,95 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 015,28
    +27,19 (+2,75 %)
     
  • Pétrole WTI

    60,81
    +1,06 (+1,77 %)
     
  • DAX

    13 996,51
    -43,29 (-0,31 %)
     
  • FTSE 100

    6 634,52
    +20,77 (+0,31 %)
     
  • Nasdaq

    13 164,85
    -193,94 (-1,45 %)
     
  • S&P 500

    3 847,02
    -23,27 (-0,60 %)
     
  • Nikkei 225

    29 559,10
    +150,93 (+0,51 %)
     
  • HANG SENG

    29 880,42
    +784,56 (+2,70 %)
     
  • GBP/USD

    1,3931
    -0,0025 (-0,18 %)
     

Vaccination des enfants : "Il faut observer pour voir si les enfants sont plus fréquemment affectés par ces nouveaux virus", selon le virologue Bruno Lina

franceinfo
·1 min de lecture

"Il faut observer pour voir si les enfants sont plus fréquemment affectés par ces nouveaux virus", a estimé samedi 16 janvier sur franceinfo le virologue Bruno Lina, professeur au CHU de Lyon et membre du Conseil scientifique, alors que le "Monsieur Vaccin" du gouvernement, le professeur Alain Fischer, a déclaré aujourd'hui dans les colonnes du journal Le Parisien "qu'il faudra peut-être un jour vacciner les enfants". "Ca doit faire partie de la réflexion, de la stratégie vaccinale en général", a-t-il déclaré.

franceinfo : Que pensez-vous de l'hypothèse développée par Alain Fischer, celle de vacciner des enfants?

Bruno Lina : C'est une question qui se pose déjà depuis quelques temps parce que la logique, pour l'instant, elle est de dire : nous avons des très fragiles. Nous avons des gens qui, lorsqu'ils sont infectés, ont un risque très élevé d'aller à l'hôpital, de faire des formes graves, éventuellement d'aller en réanimation. Il est très urgent, de les vacciner, eux, le plus rapidement possible. Et puis après, on va décliner petit à petit les personnes à risque. Une fois qu'on aura fini de vacciner les personnes à risque se posera la question de savoir, finalement, si les enfants sont potentiellement des vecteurs en particulier de ces nouveaux virus, et est-ce qu'il ne faut pas qu'on (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi