La bourse est fermée
  • Dow Jones

    35 719,43
    +492,40 (+1,40 %)
     
  • Nasdaq

    15 686,92
    +461,76 (+3,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 455,60
    +528,23 (+1,89 %)
     
  • EUR/USD

    1,1275
    -0,0011 (-0,10 %)
     
  • HANG SENG

    23 983,66
    +634,28 (+2,72 %)
     
  • BTC-EUR

    44 759,38
    -76,36 (-0,17 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 308,39
    -12,89 (-0,98 %)
     
  • S&P 500

    4 686,75
    +95,08 (+2,07 %)
     

Vaccin: une troisième dose recommandée pour les plus de 40 ans

·2 min de lecture

Alors que la campagne de vaccination pour la troisième dose a débuté pour les plus de 65 ans, la Haute Autorité de Santé a recommandé cette injection à un public plus large, à partir de 40 ans.

La Haute Autorité de santé (HAS) française a recommandé vendredi de proposer une dose de rappel contre le COVID-19 aux personnes âgées de 40 ans et plus, six mois après la primo-vaccination. "Les dernières études suggèrent en effet un bénéfice pour cette tranche d'âge", explique la HAS, en constatant que "la circulation actuelle du SARS-CoV-2 s'est à nouveau accélérée sur le territoire métropolitain depuis plusieurs semaines".

La HAS préconisait jusqu'ici l'administration d'une dose de rappel de vaccin aux personnes âgées de 65 ans et plus et à celles qui sont atteintes de comorbidités, ainsi qu'aux professionnels de santé et du médico-social et à l'entourage des personnes immunodéprimées. Saisie par le Directeur général de la santé sur la pertinence de l'élargissement de la campagne de rappel aux 50 ans et plus, et après examen des données internationales publiées récemment, la HAS propose désormais d'élargir la proposition d'une dose de rappel à l'ensemble des personnes âgées de 40 ans et plus.

Troisième dose étendue aux plus de 50 ans dès le 1er décembre

Cette dose de rappel doit être réalisée à partir de six mois après la primo-vaccination avec un vaccin à ARN messager, fabriqués par les groupes Pfizer/BioNTech ( ) et Moderna (), rappelle la Haute Autorité.

Lors d'une allocution télévisée le 9 novembre dernier, le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé que la campagne de rappel vaccinal serait étendue à partir du 1er décembre aux 50 ans et plus. Dans son avis publié vendredi, la HAS précise que les données et analyses disponibles ne lui permettent pas encore de se prononcer sur l'opportunité d'injecter une dose de rappel pour les moins de 40 ans. "La rareté des cas de forme grave de la maladie ou de décès chez les plus jeunes primo-vaccinés (moins de 40 ans) ne permet pas de conclure formellement sur la réduction du risque individuel dans cette population", indique-t-elle.

(Avec Reuters)

Retrouvez cet article sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles