Marchés français ouverture 3 h 24 min
  • Dow Jones

    31 496,30
    +572,20 (+1,85 %)
     
  • Nasdaq

    12 920,15
    +196,65 (+1,55 %)
     
  • Nikkei 225

    28 738,79
    -125,53 (-0,43 %)
     
  • EUR/USD

    1,1908
    -0,0017 (-0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 708,93
    -389,36 (-1,34 %)
     
  • BTC-EUR

    42 365,70
    +361,33 (+0,86 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 020,06
    +76,89 (+8,15 %)
     
  • S&P 500

    3 841,94
    +73,47 (+1,95 %)
     

Vaccin, social, stratégie... Pourquoi le géant pharmaceutique Sanofi est sous pression

·2 min de lecture

Retard de son vaccin contre le Covid-19, crise sociale, recentrage stratégique… Alors que la pandémie ne faiblit pas, la Big Pharma tricolore est sous le feu des critiques.

Après et , c’est le 28 janvier le feu vert de l’Agence européenne des médicaments (EMA) pour son vaccin anti-Covid. Et Sanofi ? Lanterne rouge de l’impitoyable course à l’antidote qui a vu le 25 janvier Merck déposer les armes, , le géant français n’est attendu sur la ligne d’arrivée qu’en fin d’année. Un retard de plusieurs mois, dû à une erreur technique de sous-dosage de l’antigène, qui a rendu obsolète l’espoir initial de sortir un vaccin en juin, mais surtout à la technologie employée. Contrairement au trio de tête qui a fait le pari du disruptif ARN Messager, véritable game changer de la recherche vaccinale, ou de l’adénovirus (AstraZeneca), Sanofi, épaulé par son rival GSK, a joué la carte de la prudence en recourant principalement à une technique qu’il maîtrise, à base de protéine recombinante – un partenariat a certes été passé avec la biotech américaine Translate Bio, spécialiste de l'ARN Messager, mais il n’est pas l’option n°1 du groupe français.

"Nous avons fait le choix assumé de ne pas être les premiers à sortir un vaccin, explique Olivier Bogillot, président de Sanofi France. Malgré cela, nous allons sortir le nôtre en 18 mois, ce qui est une réussite. Ce n’est pas Sanofi qui est en retard si l’on considère que dix années sont normalement nécessaires pour développer un vaccin, ce sont certains autres qui sont allés très vite". Reste que, à l’instar de Merck et GSK, autres champions du vaccin, Sanofi a raté son sprint. Une contre-performance qu’a d’ailleurs actée le gouvernement français en demandant à son fleuron . Un message reçu cinq sur cinq puisque le groupe a annoncé le 26 janvier du vaccin mis au point par Pfizer et BioNTech d’ici à la fin de l’année.

Front social

Numéro trois mondial des vaccins, Sanofi a toutefois encore quelques raisons d’espérer tirer son épingle du jeu dans cette course qui pourrait prendre des allures de marathon. "Les besoins en vaccination resteront énormes fin 2021 et les différentes mutations font peser une incertit[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi