Marchés français ouverture 2 h 3 min
  • Dow Jones

    34 021,45
    +433,79 (+1,29 %)
     
  • Nasdaq

    13 124,99
    +93,31 (+0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    28 056,21
    +608,20 (+2,22 %)
     
  • EUR/USD

    1,2089
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • HANG SENG

    27 981,51
    +262,84 (+0,95 %)
     
  • BTC-EUR

    40 530,54
    -1 483,05 (-3,53 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 346,48
    -41,43 (-2,98 %)
     
  • S&P 500

    4 112,50
    +49,46 (+1,22 %)
     

Le vaccin Pfizer, moins efficace face au variant sud-africain ?

·2 min de lecture

Le variant sud-africain est capable de "traverser" dans une certaine mesure le vaccin de Pfizer et BioNTech, conclut une étude israélienne publiée le 10 avril, mais qui n'a pas encore été revue par des pairs.

Le variant du coronavirus identifié pour la première fois en Afrique du Sud est capable de "traverser" dans une certaine mesure le vaccin de Pfizer et BioNTech, conclut une étude israélienne publiée samedi 10 avril mais qui n'a pas encore été revue par des pairs. Elle précise que la prévalence de ce variant reste faible dans le pays, dont plus de la moitié de la population est déjà vaccinée. L'étude menée par l'université de Tel Aviv et Clalit, le premier réseau de santé du pays, a comparé l'état de 400 personnes ayant contracté le COVID-19 14 jours ou plus après avoir reçu une ou deux doses du vaccin avec celui de 400 personnes non-vaccinées d'âge et de genre comparables.

Le variant dit "sud-africain", officiellement dénommé B.1.351, représentait moins de 1% de l'ensemble des cas étudiés. Mais chez les personnes qui avaient reçu deux doses du vaccin, son taux de prévalence était près de huit fois supérieur à celui mesuré chez les personnes non-vaccinées (5,4% contre 0,7%).Cette différence suggère que le vaccin est moins efficace contre le variant B.1.351 que contre la souche originelle du coronavirus ou le variant identifié en Grande-Bretagne, qui représente désormais la quasi-totalité des nouveaux cas d'infection en Israël, expliquent les chercheurs. "Nous avons trouvé un taux supérieur de manière disproportionnée du variant sud-africain parmi les personnes vaccinées avec une seconde dose par comparaison au groupe non-vacciné. Cela signifie que le variant sud-africain est capable, dans une certaine mesure, de franchir la protection vaccinale", a déclaré Adi Stern, chercheur à l'université de Tel Aviv.

1% ds infections

Les auteurs de l'étude soulignent toutefois que celle-ci a été menée sur un échantillon faible de personnes infectées par le variant sud-africain en raison de la rareté de celui-ci dans le pays. Ils ajoutent que l'étude ne visait pas spécifiquement à mesurer l'efficacité du vaccin contre un variant donné. Pfizer et BioNTech n'ont pas pu être joints d[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi