La bourse ferme dans 4 h 41 min
  • CAC 40

    5 817,84
    +25,05 (+0,43 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 719,17
    +12,55 (+0,34 %)
     
  • Dow Jones

    31 535,51
    +603,14 (+1,95 %)
     
  • EUR/USD

    1,2029
    -0,0030 (-0,25 %)
     
  • Gold future

    1 728,20
    +5,20 (+0,30 %)
     
  • BTC-EUR

    40 773,57
    +1 013,14 (+2,55 %)
     
  • CMC Crypto 200

    986,35
    -0,30 (-0,03 %)
     
  • Pétrole WTI

    60,59
    -0,05 (-0,08 %)
     
  • DAX

    14 074,74
    +61,92 (+0,44 %)
     
  • FTSE 100

    6 636,51
    +47,98 (+0,73 %)
     
  • Nasdaq

    13 588,83
    0,00 (0,00 %)
     
  • S&P 500

    3 901,82
    +90,67 (+2,38 %)
     
  • Nikkei 225

    29 408,17
    -255,33 (-0,86 %)
     
  • HANG SENG

    29 095,86
    -356,71 (-1,21 %)
     
  • GBP/USD

    1,3907
    -0,0014 (-0,10 %)
     

Vaccin contre le Covid : "On n'a rien raté, on est en retard", estime le patron de Sanofi

·1 min de lecture

La France n'a pas, à ce jour, développé de vaccin contre le coronavirus et certains politiques, comme Fabien Roussel, y voient "l'humiliation" du pays. Pour le patron de Sanofi France, Olivier Bogillot, invité d'Europe 1, cette lenteur, même s'il elle est regrettable, ne doit pas faire oublier la prouesse que représente la conception d'un vaccin en si peu de temps. Il affirme que le produit de Sanofi sera prêt "au dernier trimestre de l'année", et que les doses seront tout aussi utiles que celles actuellement produites.

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l'évolution de la situation mercredi 27 janvier

Un vaccin "au dernier trimestre de l'année" 2021

Olivier Bogillot estime ainsi qu'on a tort de parler d'échec français. "On n'a rien raté, on est en retard, c'est très différent", juge-t-il. "Pour développer un vaccin il faut une dizaine d'années. On va être en capacité chez Sanofi d'en fabriquer un en 18 mois, c'est déjà remarquable", rappelle-t-il. Il affirme ainsi que le vaccin de Sanofi sera prêt "au dernier trimestre" 2021.

Le patron du groupe relate aussi que le retard du groupe s'explique par "un choix rationnel", celui de la technologie "la plus conforme, connue et efficace pour pouvoir aboutir à quelque chose d'efficace" : la protéine recombinante. Un choix de la prudence face à celui "audacieux" de l'ARN messager de Moderna et Pfizer, qui avait plus de chance de ne pas offrir de résultats probants. 

L'ESSENTIEL CORONAVIRUS

> Quelle place pour le télétravail a...


Lire la suite sur Europe1