La bourse ferme dans 1 h 50 min
  • CAC 40

    5 421,37
    -102,15 (-1,85 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 522,03
    -70,80 (-1,97 %)
     
  • Dow Jones

    30 485,34
    -451,70 (-1,46 %)
     
  • EUR/USD

    1,2076
    -0,0093 (-0,76 %)
     
  • Gold future

    1 842,20
    -8,70 (-0,47 %)
     
  • BTC-EUR

    24 766,93
    -1 685,60 (-6,37 %)
     
  • CMC Crypto 200

    601,05
    -38,87 (-6,07 %)
     
  • Pétrole WTI

    52,48
    -0,13 (-0,25 %)
     
  • DAX

    13 573,72
    -297,27 (-2,14 %)
     
  • FTSE 100

    6 547,09
    -106,92 (-1,61 %)
     
  • Nasdaq

    13 374,75
    -251,31 (-1,84 %)
     
  • S&P 500

    3 788,67
    -60,95 (-1,58 %)
     
  • Nikkei 225

    28 635,21
    +89,03 (+0,31 %)
     
  • HANG SENG

    29 297,53
    -93,73 (-0,32 %)
     
  • GBP/USD

    1,3670
    -0,0062 (-0,45 %)
     

Vaccin contre le Covid-19: pourquoi les cyberattaques se multiplient

·2 min de lecture

Plusieurs cyberattaques ont visé ces dernières semaines l'Agence européenne des médicaments ou la biotech américaine Moderna Therapeutics. Certains pays comme la Russie, la Chine ou la Corée du Nord sont pointés du doigt.

L'Agence européenne des médicaments (AEM) est la dernière victime de la vague de cyberattaques qui s'abat depuis plusieurs semaines sur le secteur de la santé. La structure basée à Amsterdam vient en effet de faire l'objet d'un raid informatique au cours duquel des documents liés à Pfizer et BioNTech ont été piratés. L'Agence européenne des médicaments procède actuellement à l'examen de plusieurs vaccins contre le Covid-19. Sa décision sur une autorisation conditionnelle du vaccin Pfizer/BioNTech est prévue au plus tard le 29 décembre et sur celle du vaccin , d’ici au 12 janvier. L'AEM, qui est chargée d'autoriser et de contrôler les médicaments dans les 27 pays de l'UE, se penche également sur les vaccins développés par l’université d’Oxford et AstraZeneca, ainsi que Johnson&Johnson.

La cyberattaque à l'encontre de l'AEM intervient après une série d'avertissements ces derniers mois autour de piratages en lien avec la pandémie de Covid-19, visant laboratoires et entreprises pharmaceutiques occidentales. Le 13 novembre, le géant américain Microsoft émanant d'entités "étatiques ou para-étatiques" russes et nord-coréennes contre des groupes pharmaceutiques lancés dans la course au vaccin. Microsoft, qui n'a pas nommé les laboratoires ciblés, affirme toutefois qu'il s'agit de "groupes pharmaceutiques leaders et des centres de recherche au Canada, en France, en Inde, en Corée du Sud et aux Etats-Unis". Le géant tricolore Sanofi, , a-t-il fait partie des victimes? "Nous n'avons constaté aucune attaque" répondait à Challenges un proche du groupe fin novembre.

Bataille d'image entre Etats

La Russie a déjà été mise au banc des accusés cet été lorsque Londres a affirmé que le groupe de pirates APT29, réputé proche du FSB, le service de renseignement intérieur russe, avait mené des raids contre des centres de recherche travaillant sur des vaccins. "Il est totalement inacceptable que les services de renseignement russes ciblent ceux qui luttent contre la pandémie liée au coro[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi