Marchés français ouverture 4 h 2 min
  • Dow Jones

    34 035,99
    +305,10 (+0,90 %)
     
  • Nasdaq

    14 038,76
    +180,92 (+1,31 %)
     
  • Nikkei 225

    29 682,66
    +39,97 (+0,13 %)
     
  • EUR/USD

    1,1955
    -0,0021 (-0,18 %)
     
  • HANG SENG

    28 761,60
    -31,54 (-0,11 %)
     
  • BTC-EUR

    52 692,33
    -365,76 (-0,69 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 395,95
    +15,00 (+1,09 %)
     
  • S&P 500

    4 170,42
    +45,76 (+1,11 %)
     

Vaccin contre le Covid-19 : au centre de pharmacologie de Bordeaux, l'analyse quotidienne des effets secondaires

Anne-Laure Dagnet
·1 min de lecture

C'est ici que sont récupérés les signalements de patients et de médecins : le centre de pharmacovigilance de Bordeaux, qui fait partie du CHU de la ville, reçoit chaque jour une centaine de signalements d'effets secondaires des vaccins contre le Covid-29. Les trois quarts sont bénins, mais dans son septième rapport, publié le 5 mars, l'agence de sécurité du médicament rapporte notamment des cas de syndromes grippaux, d'allergies, de zona ou d’hypertension.

Le centre de pharmacovigilance se concentre donc sur les cas les plus graves, tels que les chocs allergiques ou les syndromes grippaux qui ont frappé les jeunes soignants après une injection d’AstraZeneca. "Il n'y a pas plus d'effets indésirables" avec le vaccin AstraZeneca, rassure Francesco Salvo, co-directeur du centre. "Il y a des types de patients plus susceptibles d'avoir des effets indésirables. Ce vaccin les donne à la première dose, le vaccin Pfizer les donne à la deuxième dose."

Remonter les données aux niveaux national et européen

Le logiciel utilisé dans les centres régionaux de pharmacovigilance a été mis au point par des médecins et permet de regarder en détail les données, vaccin par vaccin. "Tous les cas sont expertisés par un pharmacologue, qui va faire son analyse, voir s'il y a besoin de recontacter le patient et ensuite les informations sont remontées au niveau national, puis européen", explique Louis Létinier, co-fondateur de la start-up Synapse medicine.

L’analyse de ces effets secondaires permet (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi