La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 703,22
    -80,67 (-1,39 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 636,44
    -48,84 (-1,33 %)
     
  • Dow Jones

    30 932,37
    -469,64 (-1,50 %)
     
  • EUR/USD

    1,2088
    -0,0099 (-0,81 %)
     
  • Gold future

    1 733,00
    -42,40 (-2,39 %)
     
  • BTC-EUR

    37 717,95
    -1 374,24 (-3,52 %)
     
  • CMC Crypto 200

    912,88
    -20,25 (-2,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    61,66
    -1,87 (-2,94 %)
     
  • DAX

    13 786,29
    -93,04 (-0,67 %)
     
  • FTSE 100

    6 483,43
    -168,53 (-2,53 %)
     
  • Nasdaq

    13 192,35
    +72,92 (+0,56 %)
     
  • S&P 500

    3 811,15
    -18,19 (-0,48 %)
     
  • Nikkei 225

    28 966,01
    -1 202,26 (-3,99 %)
     
  • HANG SENG

    28 980,21
    -1 093,96 (-3,64 %)
     
  • GBP/USD

    1,3922
    -0,0091 (-0,65 %)
     

Vaccin anti-Covid : pourquoi les labos ont autant de retard ?

Céline Deluzarche, Journaliste
·2 min de lecture

Après les retards de livraison annoncés par Pfizer, le laboratoire AstraZeneca a annoncé le 26 janvier que seules 4,6 millions de doses devraient être livrées en France d'ici fin mars, contre les 15,9 millions prévues initialement. Un retard que la Commission européenne a jugé inadmissible, enjoignant le laboratoire de « tenir ses promesses » ainsi que tous ceux dans lesquels elle a investi des milliards.

Travaux en cours en Belgique

Même s’il est vrai que les laboratoires se sont engagés sur les quantités à livrer, ils connaissent de vraies difficultés de production. Chez Pfizer, officiellement, le retard provient de travaux dans son usine de Puurs, en Belgique. C’est sur ce site qu’est fabriquée la plus grande partie des centaines de millions de doses commandées par l’UE (600 millions en 2021). Il peut paraître surprenant d’entamer des travaux en pleine urgence épidémique, mais Pfizer explique que ces travaux sont destinés à améliorer la cadence de production. « Bien que cela ait un impact temporaire sur les expéditions de fin janvier à début février, cela entraînera une augmentation significative des doses disponibles pour les patients à la fin février et en mars », explique le laboratoire.

Fabrication d’ARN messager

Il faut rappeler que le vaccin de Pfizer repose sur la fabrication d’ARN messager. En théorie, cet ARN est très facile à produire à l’échelle industrielle et c’est d’ailleurs là un des atouts de cette nouvelle technologie. L’ARN est fabriqué par transcription enzymatique à partir d’ADN plasmidique, avant d’être encapsulé dans une particule lipidique. Les enzymes et les nucléotides modifiés ne sont pas trop difficiles à obtenir mais les particules lipidiques n’étaient jusqu’ici pas produites à grande échelle. « Elles ont longtemps été une niche assez exotique, très peu d’entreprises en produisent », justifie dans Le Monde Dietmar Katinger, le P.-D.G. de l’entreprise autrichienne Polymun Scientific, qui fournit ces particules pour BioNTech.

Une pincée de sel, des lipides et du sucre : qu'est-ce qu'il y a exactement dans le vaccin anti-Covid ?

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura