La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 472,35
    -41,04 (-0,63 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 725,39
    -29,21 (-0,78 %)
     
  • Dow Jones

    32 803,47
    +76,65 (+0,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0187
    -0,0063 (-0,61 %)
     
  • Gold future

    1 792,40
    -14,50 (-0,80 %)
     
  • BTC-EUR

    22 696,88
    -248,66 (-1,08 %)
     
  • CMC Crypto 200

    533,20
    -2,02 (-0,38 %)
     
  • Pétrole WTI

    88,53
    -0,01 (-0,01 %)
     
  • DAX

    13 573,93
    -88,75 (-0,65 %)
     
  • FTSE 100

    7 439,74
    -8,32 (-0,11 %)
     
  • Nasdaq

    12 657,55
    -63,03 (-0,50 %)
     
  • S&P 500

    4 145,19
    -6,75 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    28 175,87
    +243,67 (+0,87 %)
     
  • HANG SENG

    20 201,94
    +27,90 (+0,14 %)
     
  • GBP/USD

    1,2071
    -0,0088 (-0,72 %)
     

Vaccin anti-Covid : la commande de l’Europe au goût amer pour Valneva

Lisi Niesner

Après de multiples rebondissements, la Commission européenne et le laboratoire franco-autrichien sont parvenus à un accord sur une commande de vaccins anti-Covid. Mais le nombre de doses à livrer a été cassé : Valneva livrera 1,25 million de doses alors que le contrat initial en prévoyait jusqu’à 60 millions. Pis, la France ne figure même pas dans la liste des Etats signataires !

Tout ça pour ça. Après pour commercialiser son vaccin inactivé et adjuvanté contre le Covid-19 en Europe, le laboratoire franco-autrichien Valneva est enfin parvenu à un accord avec Bruxelles, ont annoncé les deux parties mercredi 20 juillet. L'entreprise, qui avait laborieusement après avoir dû revoir sa copie, n’a pourtant pas le cœur à savourer cette victoire. Au final, selon les termes de cet accord, elle livrera 1,25 million de doses de son vaccin VLA2001, développé dans ses laboratoires nantais, en 2022. Une purge, alors qu’un contrat initialement scellé fin 2021 avec la Commission européenne, puis mis en suspens en mai dernier, portait sur 60 millions de doses d'ici à 2023, dont 24,3 millions en 2022. Cette commande a minima fait à nouveau plonger le titre malmené de Valneva en Bourse jeudi 21 juillet : -13,7 % à l'ouverture des marchés.

Le vaccin nantais pas commandé par la France

Le coup est d’autant plus rude que seuls cinq Etats membres sont parties prenantes de cet avenant, : l’Allemagne, l’Autriche, le Danemark, la Finlande et la Bulgarie… Ahurissant : en dépit du lobbying des élus locaux nantais et plusieurs personnalités politiques en faveur du vaccin tricolore, la France ne figure pas dans la liste des signataires. "On ne comprend pas cette décision. D'autant plus qu'il y a encore quatre millions de personnes qui ne sont pas vaccinées en France", a réagi auprès de l'AFP Franck Grimaud, le directeur général de Valneva. "En tant qu'entreprise française, nous aurions espéré un soutien plus concret."

Difficile aussi pour Thomas Lingelbach, le PDG du groupe, de ne pas cacher son amertume : "Nous apprécions que la Commission européenne ait décidé de ne pas résilier l’accord d’achat, même si nous estimons que le volume des commandes ne reflète pas l'intérêt manifesté par les citoyens européens", déclare-t-il, sobrement, dans un communiqué. "Malgré cela, nous avons décidé de conclure cet avenant afin de rendre notre vaccin disponible aux Européens qui l[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles