La bourse est fermée
  • Dow Jones

    31 535,51
    +603,14 (+1,95 %)
     
  • Nasdaq

    13 588,83
    +396,48 (+3,01 %)
     
  • Nikkei 225

    29 663,50
    +697,49 (+2,41 %)
     
  • EUR/USD

    1,2050
    -0,0038 (-0,31 %)
     
  • HANG SENG

    29 452,57
    +472,36 (+1,63 %)
     
  • BTC-EUR

    40 573,39
    +2 773,36 (+7,34 %)
     
  • CMC Crypto 200

    978,83
    +50,60 (+5,45 %)
     
  • S&P 500

    3 901,82
    +90,67 (+2,38 %)
     

Vaccin anti-Covid : le choix épineux d’espacer les doses

·2 min de lecture

L’OMS, l’Agence européenne du médicament et l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) ont donné leur feu vert à l’élargissement à six semaines entre les deux injections vaccinales. L'Académie nationale de médecine ne recommande pourtant pas cette stratégie et expose les risques potentiels. 

Le programme de vaccination anti-Covid passe à la vitesse supérieure. Dès lundi 18 janvier, la campagne vaccinale est élargie aux 75 ans et plus, ainsi qu’à toutes les personnes (sans critère d’âge) présentant une des pathologies associées à un haut risque de forme grave du Covid, soit 800 000 patients. Sont concernées les personnes atteintes de cancers en cours de traitement par chimiothérapie, dialysées, ayant eu une transplantation d’organe, souffrant de certaines maladies rares ou encore porteuses de trisomie 21. Lors du dernier point d’étape sur la situation sanitaire liée au Covid-19, le 14 janvier, Jean Castex a annoncé que plus d’un million de Français auront reçu la première dose du vaccin à ARN messager, à la fin du mois. La stratégie vaccinale du gouvernement, tant critiquée pour sa lenteur, devrait atteindre l’objectif initial. Non pas parce que les vaccins seront reçus en plus grande quantité, mais parce que l’échéance de la deuxième dose (21 jours après la première dose du vaccin Pfizer-BioNTech) a été retardée d’une semaine, a expliqué le Premier ministre, en conférence de presse.

Pfizer-BioNTech ne garantit pas l'efficacité du vaccin à 95%

Compte tenu de la nécessité d’accélérer l’accès au vaccin, notamment pour les personnes les plus fragiles, et dans le contexte d’une demande mondiale soumise au rythme de production des laboratoires, reporter l’échéance du rappel permet d’augmenter les réserves. Face à la menace d’une recrudescence de l’épidémie, l’Organisation mondiale de la santé et l’Agence européenne du médicament ont accepté d’élargir ce délai de 21 à 42 jours entre les deux injections du vaccin Comirnaty (Pfizer-BioNTech). Bien que le laboratoire BioNTech et son partenaire Pfizer ne(...)


Lire la suite sur Paris Match