La bourse ferme dans 7 h 41 min
  • CAC 40

    6 483,27
    -6,73 (-0,10 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 715,68
    +0,31 (+0,01 %)
     
  • Dow Jones

    32 774,41
    -58,13 (-0,18 %)
     
  • EUR/USD

    1,0217
    -0,0001 (-0,01 %)
     
  • Gold future

    1 806,80
    -5,50 (-0,30 %)
     
  • BTC-EUR

    22 515,62
    -1 004,85 (-4,27 %)
     
  • CMC Crypto 200

    534,26
    -23,09 (-4,14 %)
     
  • Pétrole WTI

    89,62
    -0,88 (-0,97 %)
     
  • DAX

    13 550,41
    +15,44 (+0,11 %)
     
  • FTSE 100

    7 479,37
    -8,78 (-0,12 %)
     
  • Nasdaq

    12 493,93
    -150,53 (-1,19 %)
     
  • S&P 500

    4 122,47
    -17,59 (-0,42 %)
     
  • Nikkei 225

    27 819,33
    -180,63 (-0,65 %)
     
  • HANG SENG

    19 543,31
    -460,13 (-2,30 %)
     
  • GBP/USD

    1,2089
    +0,0013 (+0,11 %)
     

Vacances: l'inquiétante pénurie d'animateurs pour les colonies et les centres de loisirs

(c) Afp

Une pénurie préoccupante d'animateurs en colonies de vacances et centres de loisirs risque de compliquer l'été de nombreuses familles. Le nombre de personnes diplômées du Bafa est passé de 54.800 en 2016 à 32.000 en 2020. Une situation qui s'est encore aggravée avec le Covid-19 : 5.000 animateurs manquent à l'appel pour ces grandes vacances 2022.

Il manquerait plus de 5.000 animateurs titulaires du () pour les vacances d’été 2022, symptôme préoccupant d’une "réduction du nombre de jeunes formés depuis plusieurs années". D'après l’Institut national de la Jeunesse et de l'Education populaire (), le nombre de personnes diplômées du Bafa est, en effet, passé de 54.800 en 2016 à 32.000 en 2020. Et la situation s'est encore aggravée durant l’épidémie de Covid-19.

Pendant deux ans de pandémie, "très peu de formations ont pu être organisées et désormais les organismes essaient de rattraper le retard", explique Laurent Bruni, directeur général de (Union Française des Centres de Vacances). "Mais nous ne sommes pas tout à fait capables d’accueillir tous les jeunes que nous n’avons pas formés les années précédentes", prévient Michaël Ramalhosa, directeur national de programme aux , la fédération nationale des structures et d'activités pour l'enfance et l'adolescence. Résultat, l’association , qui organise des colonies de vacances ou des activités destinées aux personnes atteintes de handicap, confirme que "nous avons vraiment des difficultés à recruter des animateurs, ce qui met en péril notre capacité à répondre aux besoins et à la demande des familles pour les séjours et activités que nous proposons".

"Manque d’attractivité"

Au-delà des vacances d'été, la crise est profonde. "Cette baisse du nombre de titulaires du Bafa est aussi due au manque d’attractivité de ces métiers de l’animation", affirme le directeur des Francas. Pour commencer, la formation Bafa coûte souvent entre 800 et 1.000 euros, un investissement lourd. Surtout qu’il "faudra un ou deux étés" pour le rentabiliser, calcule Michaël Ramalhosa, puisque les revenus tirés de l'animation sont souvent très faibles. L’indemnité minimale pour un titulaire du Bafa est de 22,25 euros brut par jour et les animateurs sont le plus souvent rémunérés de 30 à 60 euros brut par jour. Les horaires de cette activité "chronophage" n'arrangent rien : "La journée de travail[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles