La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 569,16
    -97,10 (-1,46 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 083,37
    -74,77 (-1,80 %)
     
  • Dow Jones

    33 290,08
    -533,37 (-1,58 %)
     
  • EUR/USD

    1,1865
    -0,0045 (-0,38 %)
     
  • Gold future

    1 763,90
    -10,90 (-0,61 %)
     
  • BTC-EUR

    30 317,74
    -846,38 (-2,72 %)
     
  • CMC Crypto 200

    888,52
    -51,42 (-5,47 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,50
    +0,46 (+0,65 %)
     
  • DAX

    15 448,04
    -279,63 (-1,78 %)
     
  • FTSE 100

    7 017,47
    -135,96 (-1,90 %)
     
  • Nasdaq

    14 030,38
    -130,97 (-0,92 %)
     
  • S&P 500

    4 166,45
    -55,41 (-1,31 %)
     
  • Nikkei 225

    28 964,08
    -54,25 (-0,19 %)
     
  • HANG SENG

    28 801,27
    +242,68 (+0,85 %)
     
  • GBP/USD

    1,3809
    -0,0115 (-0,83 %)
     

Va-t-on payer moins cher le billet de train ?

·1 min de lecture
La SNCF veut entreprendre un choc de simplification de ses tarifs TGV.

La SNCF innove pour tenter de prendre des parts de marché à la voiture et à l'avion et se prépare à la concurrence d'autres opérateurs ferroviaires en France.

Le patron de la SNCF constate : « Face à l'avion et à la voiture, qui représente à elle seule encore 85 % des déplacements quotidiens en France, et avant l'arrivée de nouveaux opérateurs ferroviaires, nous devons impérativement créer les conditions qui permettront aux Français et aux Européens de choisir, en toute liberté et parce qu'ils s'y retrouvent, les trains SNCF. » Jean-Pierre Farandou, PDG du Groupe SNCF, a donc donné une feuille de route à ses équipes leur demandant de « remettre le client au centre de nos préoccupations ». En 2019, la société ferroviaire transportait 115 millions de voyageurs sur le réseau intérieur (150 millions avec l'international). Elle vise 200 millions en 2030, presque le double de 2019 en passant par 20 millions de plus dès l'an prochain. Ce transport de masse avec des économies d'échelle conséquentes devrait permettre de pratiquer des tarifs sinon à la baisse, du moins maîtrisés. Avec une certaine hypocrisie, la direction rappelle que la dernière augmentation des billets date de 2015. C'est faire fi du « yield management », cette technique qui consiste à augmenter le tarif des places à mesure que le train se remplit. Certes, le premier prix affiché du billet n'a pas augmenté, mais comme il n'y en a pas ou peu à la vente, le voyageur paye finalement plus cher.

À LIRE AUSSI SNCF : plafonner le prix des billets de TGV ? C'est déjà le cas

Tarifs garantis de dernière minute

Désormais, la SNCF s'engage à garantir des prix accessibl [...] 

Lire la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles