La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 600,66
    +54,17 (+0,83 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 126,70
    +30,63 (+0,75 %)
     
  • Dow Jones

    34 479,60
    +13,36 (+0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,2107
    -0,0071 (-0,58 %)
     
  • Gold future

    1 879,50
    -16,90 (-0,89 %)
     
  • BTC-EUR

    30 575,71
    +1 032,17 (+3,49 %)
     
  • CMC Crypto 200

    924,19
    -17,62 (-1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    70,78
    +0,49 (+0,70 %)
     
  • DAX

    15 693,27
    +122,05 (+0,78 %)
     
  • FTSE 100

    7 134,06
    +45,88 (+0,65 %)
     
  • Nasdaq

    14 069,42
    +49,09 (+0,35 %)
     
  • S&P 500

    4 247,44
    +8,26 (+0,19 %)
     
  • Nikkei 225

    28 948,73
    -9,83 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    28 842,13
    +103,25 (+0,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,4117
    -0,0060 (-0,42 %)
     

A quoi va servir le Conseiller national à la sortie de crise

·2 min de lecture

Les ministres de l’Economie et de la Justice viennent de créer un poste de Conseiller national à la sortie de crise, pour aider les entreprises à s’extraire de la mauvaise passe Covid. Gérard Pfauwadel va devoir s’imposer dans les couloirs de Bercy et face à une multitude de professionnels, des avocats aux banquiers.

Le poste est né de l’imagination fertile de Bercy, associé pour cette fois au ministère de la Justice : Conseiller national à la sortie de crise. Son titulaire, Gérard Pfauwadel, sait déjà où il met les pieds : "Entre les tribunaux de commerce, la médiation des entreprises, les experts-comptables, et d’innombrables intervenants encore : oui, c’est la jungle pour le chef d’entreprise qui rencontre des difficultés et ne sait à qui s’adresser", lance ce double diplômé de l’X et de l’Ena. "Le rôle du comité national à la sortie de crise consistera à planter des panneaux indicateurs dans cette jungle, afin de permettre aux responsables, dans les entreprises, de se diriger vers le bon service", continue Gérard Pfauwadel. Et d’assurer, en écho à Bruno Le Maire, qu'ainsi, "aucune entreprise ne sera abandonnée seule face à ses difficultés".

Pour y parvenir, le nouveau conseiller national devra garder à l’œil l’ensemble de ces professions du chiffre et du droit, qui sont en contacts avec les entreprises en difficultés : avocats, administrateurs judiciaires, banques, commissaires au compte, comptable, greffiers des tribunaux de commerce, etc. Les représentants de tous ces métiers siégeront au sein du comité national de sortie de crise, qu'il animera. Avec pour but de veiller à la bonne mise en œuvre du "plan d’action sur l’ des entreprises en sortie de crise", signé ce 1er juin à Bercy.

De l'engagement la bonne exécution

Concrètement, les banques y promettent d’organiser des rendez-vous de sortie de crise avec leurs clients, les avocats d’établir une liste de points de vigilances, les administrateurs judiciaires et mandataires judiciaires d’établir un diagnostic gratuit... "Un engagement est une bonne chose, pointe Gérard Pfauwadel. Mais il est encore plus solide si l’on peut vérifier sa bonne exécution. Je n’ai pas autorité sur ces innombrables intervenants. Je compte plutôt y exercer un magistère d’influence. Et pour cela, la double onction du ministre de l’Economie et du ga[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi