Marchés français ouverture 1 h 41 min

La véritable charentaise va renaître de ses cendres

On pensait que c’en était fini de la charentaise de Charente. C’était sans compter l’attachement des Français et de ses acteurs du secteur à l’emblématique pantoufle à carreaux. Alors que le 15 novembre dernier le tribunal de commerce d’Angoulême prononçait la liquidation judiciaire de la Manufacture Charentaise, dernier atelier de confection de chaussons, une nouvelle structure va être créée dans le département, raconte France 3.

Olivier Rondinaud, ancien directeur commercial de la Manufacture et Michel Violeau, commercial, ont en effet décidé de poursuivre la fabrication de ce chausson en respectant les techniques traditionnelles, et notamment le cousu-retourné. Pour cela, ils ont décidé de relancer un atelier en reprenant 14 des 104 employés licenciés lors de la fermeture de la Manufacture. "Nous avons mis en place un nouvel atelier avec un nouveau bâtiment pour rompre complètement avec le passé", expliquent les deux hommes à la chaîne locale.

100.000 paires par an

Pour commercialiser la pantoufle, ils devraient s’appuyer sur les 1.200 points de vente en France déjà existants, hors grande distribution. La future entreprise, dont le nom n’est pas encore connu, devrait voir le jour en janvier pour un début de production en mars 2020, précise BFMTV. Les ateliers seront basés à La Rochefoucault en Angoumois dans "une entreprise à taille humaine", explique Olivier Rondinaud.

>> A lire aussi - Le savoir-faire a un prix : l'exemple du comté

Le responsable ne veut en effet pas répéter les erreurs du passé : "La Manufacture Charentaise était une trop grosse structure, elle a réuni quatre sociétés trop rapidement, et s’est éparpillée parmi les techniques en voulant en maîtriser d’autres que le cousu matin". Le nouvel atelier devrait produire entre 100.000 et 110.000 paires de charentaises à l’année. Un chiffre plus que réaliste puisque les Français restent très attachés à ce produit : à l’annonce de la liquidation de la Manufacture Charentaise, de nombreux clients s’étaient rués

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Voiture électrique : le déploiement des bornes de recharge s’accélère mais reste insuffisant
Lu, Milka, Belin... "nos marques font partie du patrimoine"
Revalorisation des pensions en 2020 : les retraités percevant un peu plus 2.000 euros pénalisés
Immobilier dans le Grand Est : les prix toujours à la hausse
Le coliving, cette nouvelle tendance qui fusionne coworking et colocation