La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 765,52
    -30,23 (-0,44 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 080,15
    -27,87 (-0,68 %)
     
  • Dow Jones

    34 580,08
    -59,71 (-0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,1317
    +0,0012 (+0,10 %)
     
  • Gold future

    1 782,10
    +21,40 (+1,22 %)
     
  • BTC-EUR

    41 898,13
    -8 796,80 (-17,35 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 367,14
    -74,62 (-5,18 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,22
    -0,28 (-0,42 %)
     
  • DAX

    15 169,98
    -93,13 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 122,32
    -6,89 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    15 085,47
    -295,85 (-1,92 %)
     
  • S&P 500

    4 538,43
    -38,67 (-0,84 %)
     
  • Nikkei 225

    28 029,57
    +276,20 (+1,00 %)
     
  • HANG SENG

    23 766,69
    -22,24 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3235
    -0,0067 (-0,50 %)
     

Réseaux sociaux: la vérité sur… le siphonnage de données personnelles

·1 min de lecture

Sur les réseaux sociaux, les moyens de scruter les comportements et capter les informations privées se multiplient. Et le flou juridique règne.

Déja prévenus. « La vie privée, Mark Zuckerberg n'y croit pas », lâchait en 2010 un salarié de Facebook au New York Times à propos de son omnipotent patron. Et pourtant, chaque internaute partage ses données personnelles dans des messageries ou réseaux sociaux sans mesurer l'ampleur du profilage réalisé par ces experts de la donnée.

D'après un sondage publié en juin et réalisé par le cabinet Arlington pour Kaspersky, spécialiste de la sécurité des systèmes d'information, 87 % des internautes français acceptent ainsi de partager leurs données avec les géants du Web. Six sur dix disent même oui à tous les cookies, lorsqu'ils naviguent sur un nouveau site. Pourtant, questionnés à tête reposée, ils ne sont pas dupes : seulement 40 % accordent leur confiance à Facebook et Amazon, et à peine 24 % pensent que Mark Zuckerberg respectera la confidentialité de leurs données personnelles. Facebook, Twitter, WhatsApp, Instagram, Snapchat, TikTok ou Club-house, la plupart des internautes continuent d'utiliser ces services critiqués. Mais que savent-ils réellement sur nous ?

Gare aux cookies et aux likes

« Il y a quatre catégories de données personnelles, explique Sonia Cissé, avocate et cheffe d'équipe high-tech au cabinet Linklaters. Celles que nous mettons sciemment à disposition (nom, prénom, profession…) ; celles que nous partageons mais qui restent confidentielles pour les autres (chats, publications restreintes) ; les données créées par les autres sur soi, comme les photos taguées ; et les données générées par le réseau social à partir de nos habitudes en utilisant les cookies, les likes, les métadonnées des photos ou les publicités sur lesquelles on s'attarde. » Ces dernières sont les plus problématiques, car l'internaute ne se rend pas compte de leur ampleur. « Un profil peut aussi contenir l'adresse IP de chacun, les lieux de connexion, le système d'exploitation ou l'appareil utilisé et le carnet de contacts importé, explique Laurane Raimondo, chercheuse au Centre lyonn[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles