Marchés français ouverture 1 h 16 min
  • Dow Jones

    33 677,27
    -68,13 (-0,20 %)
     
  • Nasdaq

    13 996,10
    +146,10 (+1,05 %)
     
  • Nikkei 225

    29 648,95
    +110,25 (+0,37 %)
     
  • EUR/USD

    1,1965
    +0,0010 (+0,08 %)
     
  • HANG SENG

    28 907,31
    +410,06 (+1,44 %)
     
  • BTC-EUR

    53 850,08
    +2 981,03 (+5,86 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 390,96
    +96,97 (+7,49 %)
     
  • S&P 500

    4 141,59
    +13,60 (+0,33 %)
     

La vérité sur… le « tout-renouvelable » en France

·2 min de lecture

L'Hexagone pourrait-il se passer du nucléaire à l'horizon 2050? Potentiellement oui, selon un rapport de RTE. Viable, c'est une autre affaire.

Faire tourner le système électrique français avec 100 % d'énergies renouvelables ? C'est techniquement envisageable à l'horizon 2050, assure un rapport publié le 27 janvier par le gestionnaire du Réseau de transport d'électricité (RTE) et l'Agence internationale de l'énergie (AIE). Ce document a trouvé un écho certain. Le PDG d'EDF Jean-Bernard Lévy, plaidant pour son projet de construire six nouveaux EPR, ne disait-il pas en octobre 2019 que, face à l'objectif d'une neutralité carbone en 2050, « personne ne pense qu'on puisse l'assurer uniquement avec des renouvelables » ? Ce rapport le dément, à la joie de la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, antinucléaire historique, qui y voit « un moment copernicien » « le scénario 100 % renouvelables entre dans le champ des possibles ».

Pilotage et coûts

Possible oui, mais pas forcément faisable. Pour rappel, aujourd'hui, la France, grâce au nucléaire qui fournit 70 % de son électricité, est une championne de l'énergie décarbo-née. Mais même en allongeant leur durée de vie à 60 ans, la quasi-totalité de ses 56 réacteurs auront été mis à l'arrêt en 2050. Du coup, le pays a le choix ou d'en construire de nouveaux ou de les remplacer intégralement par des énergies renouvelables, sachant qu'il s'est déjà engagé à les faire grimper à 50 % en 2035.

Ce rapport décortique les enjeux techniques d'une telle montée en puissance. Sur ce plan, le nucléaire, énergie performante et pilotable (disponible à la demande) a fait ses preuves : le système électrique français est stable et capable d'encaisser les pics de consommation. Au contraire, la viabilité d'un monde où il n'y aurait que de l'électricité verte reste à prouver. Intermittentes, ces énergies sont moins productives : les éoliennes terrestres tournent à fond moins de 25 % du temps (40 % pour les éoliennes marines) et les panneaux solaires ne captent bien que 10 % du temps. Du coup, il faut les déployer en plus grand nombre que leur capacité de production théo[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi