La bourse est fermée
  • Dow Jones

    31 679,43
    -975,16 (-2,99 %)
     
  • Nasdaq

    11 494,77
    -489,75 (-4,09 %)
     
  • Nikkei 225

    26 911,20
    +251,45 (+0,94 %)
     
  • EUR/USD

    1,0480
    -0,0075 (-0,71 %)
     
  • HANG SENG

    20 644,28
    +41,76 (+0,20 %)
     
  • BTC-EUR

    27 716,04
    -1 301,89 (-4,49 %)
     
  • CMC Crypto 200

    649,69
    -20,99 (-3,13 %)
     
  • S&P 500

    3 947,77
    -141,08 (-3,45 %)
     

La vérité sur… le trop-plein de taxes automobiles

Les propriétaires de véhicules sont-ils les vaches à lait de l'Etat? Pas si sûr au vu des investissements énormes dédiés aux routes, mais pour un résultat médiocre.

Cadeau! Depuis, le gouvernement octroie . De quoi alléger une facture qui s'emballait, avec un litre de gazole frisant -ou dépassant- 2,40 euros le litre fin mars. Du jamais-vu. Une généreuse remise en pleine campagne présidentielle pour calmer la colère populaire qui n'en représente pas moins une faible aumône face au bouquet de taxes frappant l'automobiliste -celles sur les carburants figurent, de très loin, le premier poste des impôts automobiles.

Certes, le montant total des taxes sur récolté par l'Etat a baissé en 2020 (- 18%) et en 2021. Mais c'est uniquement parce que les Français, confinés pendant des mois, ont moins roulé. Le transport automobile n'en a pas moins généré 35,2 milliards de TICPE (taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques) et de TVA en 2020, selon les chiffres publiés par la Plateforme automobile (hPFA).

Impôt inégalitaire

En mars dernier, sur un litre de gazole, pesait en effet 38% de son prix de vente, celui de la distribution 10%, la marge brute de raffinage 4%. Le reste, ce sont les taxes, représentant 48% du prix payé par l'automobiliste. Un impôt d'autant plus impopulaire qu'il est forcément inégalitaire. La TICPE "touche surtout les gros rouleurs qui sont surtout des ruraux, des périurbains avec des véhicules plus vieux et consommant plus, appartenant aux gens les moins aisés" , constate ainsi Jean-Philippe Hermine, directeur des mobilités à l'Institut du développement durable et des relations internationales, lié à Sciences-Po.

Un tiers du budget

Mais les carburants ne sont pas . En 2020, l'Etat avait aussi prélevé 5,4 milliards d'euros sur l'assurance automobile; 2,1 milliards sur les cartes grises; 1,1 milliard de taxes spécifiques au titre de la Sécurité sociale sur ladite assurance, 800 millions sur les voitures de société, détaille la PFA. Une taxe d'aménagement du territoire frappe les garages pour près d'un demi-milliard. Et, bien sûr, il y a la TVA sur les achats de voitures neuves, pour 8,5 milliards. La T[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles