La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 285,24
    +12,53 (+0,20 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 657,03
    +16,48 (+0,45 %)
     
  • Dow Jones

    31 261,90
    +8,77 (+0,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,0562
    -0,0026 (-0,24 %)
     
  • Gold future

    1 845,10
    +3,90 (+0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    27 847,70
    +166,95 (+0,60 %)
     
  • CMC Crypto 200

    650,34
    -23,03 (-3,42 %)
     
  • Pétrole WTI

    110,35
    +0,46 (+0,42 %)
     
  • DAX

    13 981,91
    +99,61 (+0,72 %)
     
  • FTSE 100

    7 389,98
    +87,24 (+1,19 %)
     
  • Nasdaq

    11 354,62
    -33,88 (-0,30 %)
     
  • S&P 500

    3 901,36
    +0,57 (+0,01 %)
     
  • Nikkei 225

    26 739,03
    +336,19 (+1,27 %)
     
  • HANG SENG

    20 717,24
    +596,56 (+2,96 %)
     
  • GBP/USD

    1,2495
    +0,0020 (+0,16 %)
     

La vérité sur… les paradoxes du PSG

Au-delà d'empiler les stars, le club parisien peine à se construire une identité. Une réussite économique mais un vrai échec sportif pour le soft power de Doha.

Le match PSG-OM du week-end pascal résume bien la morne saison du . La venue du constituait un point d'orgue propre à laver l'affront de en huitièmes de finale de Ligue des champions. Mais la passion n'y est plus. Malgré sa victoire 2-1 et le dixième titre décroché en Ligue 1 après le match nul contre Lens, le club parisien ne sait plus à quel saint se vouer. "Il n'y a pas eu un tour de terrain, ni une célébration, après le titre décroché, s'étonne Julien Froment, auteur de L'Incroyable Histoire de la naissance du PSG (Amphora). Quelque chose est vraiment cassé, il n'y a plus de communion avec le public."

Gouvernance en question

L'équipe ressemble à un mauvais remake des 7 Mercenaires, avec ses stars fatiguées, en fin de carrière, venues pour l'appât du gain. Les tensions semblent toucher le club à tous les étages. Un vestiaire coupé en plusieurs clans, entre Sud-Américains et Européens. Les titulaires de l'équipe féminine se battent entre elles à l'entraînement la veille d'une demi-finale aller de coupe d'Europe. A "La Factory", où se situent les bureaux du club, le millefeuille de responsables ne facilite ni la prise de décision, ni la cohésion du groupe. Quant au grand patron, Nasser Al-Khelaïfi, il brille par son absence mais exige de valider chaque microdécision. Plus souvent en jet ou à Doha qu'au Camp des Loges, l'ami d'enfance et partenaire de tennis de l'émir qatarien Al Thani a autant de casquettes que de lieux de séjour. Président de beIN Media, qui regroupe les chaînes de sport, et de la société de production américaine Miramax rachetée en 2016, il est aussi à la tête de l'ECA, l'association des clubs européens, depuis son habile soutien à l'UEFA face au projet concurrent de Super ligue. Il gère également la fédération de tennis qatarienne.

Des stars, pas d'institution

Dans ce grand désordre ambiant, il n'est pas très étonnant de voir la star française du club, , s'interroger sur son avenir au sein de l'équipe. "Le sujet Mbappé résume l'échec du PSG à [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles