La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 782,65
    -48,00 (-0,82 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 669,54
    -35,31 (-0,95 %)
     
  • Dow Jones

    31 496,30
    +572,16 (+1,85 %)
     
  • EUR/USD

    1,1925
    -0,0054 (-0,45 %)
     
  • Gold future

    1 698,20
    -2,50 (-0,15 %)
     
  • BTC-EUR

    40 765,39
    +1 074,61 (+2,71 %)
     
  • CMC Crypto 200

    982,93
    +39,75 (+4,21 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,28
    +2,45 (+3,84 %)
     
  • DAX

    13 920,69
    -135,65 (-0,97 %)
     
  • FTSE 100

    6 630,52
    -20,36 (-0,31 %)
     
  • Nasdaq

    12 920,15
    +196,68 (+1,55 %)
     
  • S&P 500

    3 841,94
    +73,47 (+1,95 %)
     
  • Nikkei 225

    28 864,32
    -65,78 (-0,23 %)
     
  • HANG SENG

    29 098,29
    -138,50 (-0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3827
    -0,0067 (-0,48 %)
     

La vérité sur l’utilité des sous-préfets à la relance

·2 min de lecture

"Folie" ou "renfort"? Ces 30 nouveaux venus chargés de surveiller la bonne tenue du plan de relance dans les territoires sont sous le feu des critiques.

Il a été nommé le 15 décembre sous-préfet à la relance, dans les Bouches-du-Rhône. Et depuis son arrivée à Marseille, le 23 décembre, Benoit Mournet, 35 ans, assure qu’il n’a pas assez de vingt-quatre heures par jour. Débloquer avec Bpifrance un dossier d’investissement dans une entreprise ; veiller à l’exécution des commandes de travaux publics, avec la fédération locale du BTP ; rencontrer les maires ruraux ; enchaîner avec les auditeurs de KPMG, en contact avec les entreprises locales… "Il faut sortir, être un sous-préfet “hors les murs”, c’est comme cela que l’on peut jouer notre rôle d’accélérateur du plan de relance", estime cet ancien directeur d’hôpital dans le Val-de-Marne, passé par l’inspection générale des Finances.

"Défiance" envers les régions

Comme Benoit Mournet, les 30 sous-préfets à la relance propulsés par le gouvernement dans les régions et départements, entre Noël et février, ouvrent volontiers leurs agendas chargés. Pas question de passer pour de folâtres "sous-préfets aux champs", à l’image de celui d’Alphonse Daudet dans Les Lettres de mon moulin, "couché dans l’herbe" et "mâchonnant des violettes".

Lire aussi

Car, en guise de métaphore champêtre, les élus locaux attendent, eux, ces nouveaux venus comme les chasseurs les palombes: fusil à la main. "La création de ces sous-préfets à la relance est grotesque, hallucinante, peste Alain Rousset, président PS de la Nouvelle-Aquitaine. C’est le signe de la défiance qui existe à l’égard des régions: comme dans un Etat colonial, on envoie un administrateur pour être certain que le travail est bien fait sur place." Les critiques tranchantes sont transpartisanes. "Folie politico-administrative, juge David Lisnard, maire LR de Cannes . Ces fonctionnaires supplémentaires vont, de surcroît, soit être inutiles, soit court-circuiter le travail des préfets et sous-préfets en place", estime-t-il.

Risque de doublons

Ils risquent aussi de doublonner avec les commissaires au redressement productif, institués en [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi