La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 765,52
    -30,23 (-0,44 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 080,15
    -27,87 (-0,68 %)
     
  • Dow Jones

    34 580,08
    -59,72 (-0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,1317
    +0,0012 (+0,10 %)
     
  • Gold future

    1 782,10
    +21,40 (+1,22 %)
     
  • BTC-EUR

    42 881,69
    -1 047,97 (-2,39 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 367,14
    -74,62 (-5,18 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,22
    -0,28 (-0,42 %)
     
  • DAX

    15 169,98
    -93,12 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 122,32
    -6,89 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    15 085,47
    -295,83 (-1,92 %)
     
  • S&P 500

    4 538,43
    -38,67 (-0,84 %)
     
  • Nikkei 225

    28 029,57
    +276,17 (+1,00 %)
     
  • HANG SENG

    23 766,69
    -22,21 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3235
    -0,0067 (-0,50 %)
     

La vérité sur… le greenwashing financier

·2 min de lecture

Banquiers et investisseurs multiplient les promesses en faveur d'une économie décarbonée. Mais les indicateurs climat actuels offrent une grande souplesse dans la mesure de leurs interventions.

Ils n'ont pas attendu la COP26 de Glasgow, début novembre, pour investir les thématiques de la finance verte. L'assureur MAIF a annoncé, le 21 octobre, son plan de sortie des énergies fossiles à horizon 2030, et du pétrole à horizon 2040. La semaine précédente, La Banque postale promettait de (hors pétrole) d'ici à 2030, envoyant un signal fort aux acteurs de la place.

Lire aussi

Depuis l'Accord de Paris de 2015, banquiers, assureurs et gestionnaires d'actifs se sont engagés à mener une stratégie "zéro émission nette" de dioxyde de carbone d'ici à 2050, c'est-à-dire à compenser toutes leurs émissions de CO2 par des activités absorbant autant de gaz à effet de serre. , qui prévoit que la planète se réchaufferait d'1,5 degré dès 2030 - soit dix ans plus tôt que prévu - a renforcé l'urgence d'une prise de conscience des investisseurs.

Prises de position

Dernièrement, les banques centrales sont montées au créneau en soulignant leur responsabilité pour enrayer le dérèglement du climat. Lors d'une conférence de deux jours, en juin, où se retrouvait le gotha de la finance mondiale - banques centrales européennes, chinoise, réserve fédérale américaine… - la présidente de la Banque centrale européenne Christine Lagarde a déclaré: "Notre planète brûle. On pourrait regarder notre mandat et se dire que c'est aux autres d'agir. Je ne le crois pas."

Lire aussi

Les acteurs multiplient les prises de position: le 18 octobre, les banques BNP Paribas, Société générale, Crédit mutuel, BPCE, Crédit agricole et La Banque postale ont ainsi annoncé qu'elles ne financeraient plus les projets et les entreprises dont la part d'hydrocarbures non conventionnels serait supérieure à 30% de leur activité, à partir de 2022. Mais pour Lucie Pinson, directrice de l'association Reclaim Finance, qui s'intéresse aux impacts des acteurs financiers sur le climat, "ces annonces a minima reprennent des actions déjà menées individuellement par chaque organisme". Et d'interroger le caractère commun de cet en[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles