La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 293,04
    -449,78 (-1,29 %)
     
  • Nasdaq

    13 387,89
    -13,97 (-0,10 %)
     
  • Nikkei 225

    28 608,59
    -909,71 (-3,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,2161
    +0,0027 (+0,22 %)
     
  • HANG SENG

    28 013,81
    -581,89 (-2,03 %)
     
  • BTC-EUR

    46 485,78
    -617,15 (-1,31 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 506,96
    +1 264,28 (+520,97 %)
     
  • S&P 500

    4 153,94
    -34,49 (-0,82 %)
     

Œuvres d'art vandalisées : un gel pour enlever la dernière couche de peinture

·1 min de lecture

L’innovation du jour pourrait protéger les œuvres de street art du vandalisme. Vous avez trouvé une technique de nettoyage capable de supprimer les graffitis sans toucher la peinture qui est en dessous.

On se souvient de toutes les œuvres de Bansky qui ont été vandalisées, du visage géant de Marianne à qui, récemment, on a rajouté des larmes de sang. Ou pire, il y a quelques années, le portrait de Jésus en Espagne, qui avait été soi-disant restauré, mais en fait, complètement massacré.

En principe, c’est totalement irrattrapable. Une fois que l’on a repeint sur de la peinture, à part tout enlever, on ne peut plus rien faire. Eh bien, une équipe de chercheurs italiens a réussi à mettre au point un gel capable d’effacer la toute dernière couche de peinture et celle-là uniquement, même si elle ne fait que quelques microns d’épaisseur. On ne touche pas à l’œuvre qui est en dessous. On retire uniquement la partie vandalisée.

Ça parait magique. Ça a été testé, ça fonctionne ?

Oui, cela a été testé sur plusieurs œuvres de rue à Florence en Italie. Florence qui est devenue un haut lieu du street art et, par ricochet, du vandalisme. Apparemment, cela fonctionne plutôt bien. Une dizaine d’œuvres ont déjà été restaurées. Et cela ne prend que quelques minutes.

Il y a quand même une limite à la technologie. Elle ne fonctionne pas avec n’importe quel type de peinture, seulement les plus modernes (acryliques, vinyles, acétones, etc.). Ce qui est plutôt une bonne chose, car c’est celles que l’...


Lire la suite sur Europe1