La bourse ferme dans 51 min
  • CAC 40

    5 597,96
    -19,31 (-0,34 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 596,39
    -6,28 (-0,17 %)
     
  • Dow Jones

    30 945,24
    +130,98 (+0,43 %)
     
  • EUR/USD

    1,2133
    +0,0050 (+0,41 %)
     
  • Gold future

    1 835,80
    +5,90 (+0,32 %)
     
  • BTC-EUR

    30 606,45
    +433,46 (+1,44 %)
     
  • CMC Crypto 200

    734,91
    +19,72 (+2,76 %)
     
  • Pétrole WTI

    52,80
    +0,44 (+0,84 %)
     
  • DAX

    13 820,94
    -27,41 (-0,20 %)
     
  • FTSE 100

    6 710,06
    -10,59 (-0,16 %)
     
  • Nasdaq

    13 095,88
    +97,38 (+0,75 %)
     
  • S&P 500

    3 787,66
    +19,41 (+0,52 %)
     
  • Nikkei 225

    28 633,46
    +391,25 (+1,39 %)
     
  • HANG SENG

    29 642,28
    +779,51 (+2,70 %)
     
  • GBP/USD

    1,3618
    +0,0031 (+0,23 %)
     

USA: La Fed s'attend à des mois difficiles

·1 min de lecture
USA: LA FED S'ATTEND À DES MOIS DIFFICILES

WASHINGTON (Reuters) - La Réserve fédérale a prévenu qu'elle s'attendait à des mois difficiles avec un ralentissement de la reprise économique aux Etats-Unis et encore des obstacles à franchir avant la distribution de masse d'un vaccin contre le coronavirus.

Le président de la banque centrale américaine insistera sur ce point lors de son audition, mardi, par la commission bancaire du Sénat.

"L'augmentation des nouveaux cas de COVID-19, à la fois ici et à l'étranger, est préoccupante et pourrait représenter un défi pour les prochains mois", dira Jerome Powell aux sénateurs, selon le texte de son discours.

"Les nouvelles récentes sur le front des vaccins sont très positives pour le moyen terme", dira-t-il encore. "En attendant, des défis significatifs et des incertitudes demeurent, notamment sur le calendrier, la production, la distribution et l'efficacité au sein des différents groupes. Il demeure difficile d'évaluer avec confiance le calendrier et l'ampleur des implications économiques de ces évolutions."

Même son de cloche de la part du président de la Fed de Dallas, Robert Kaplan, qui a dit s'attendre à une forte croissance économique au second semestre 2021 mais à une situation "très difficile" sur les trois à six prochains mois.

(Howard Schneider et Ann Saphir, version française Patrick Vignal)