US / Eco : pas si mauvais que ça ?

COURS LIÉS

SymboleCoursVariation
BNP.MI54,650,35
BELI.PA28,96-1,13

Si à première vue, l'annonce d'une baisse de 0,1% du PIB américain au quatrième trimestre 2012 (en rythme annualisé), est pour le moins inattendue, Alexandra Estiot, économiste chez BNP Paribas (Milan: BNP.MI - actualité) , note que la décélération n'est qu'apparente. Les ménages et les entreprises ont en effet accéléré leurs dépenses par rapport au trimestre précédent, de respectivement +2% à +2,6% et de -1,8% à +8,4%. La baisse du PIB s'explique ainsi en grande partie par les plus importantes coupes en quarante ans dans les dépenses de défense, le recul des exportations et l'effet des stocks des entreprises.

Le (Paris: FR0000072399 - actualité) premier trimestre 2013 est susceptible d'enregistrer une performance similaire, alors que l'augmentation des taxes sur les salaires va peser sur le revenu disponible des ménages. Les Américains sont susceptibles de réduire leurs dépenses de consommation, particulièrement en biens durables, poursuit l'économiste. Toutefois, un rebond de la création d'emplois est susceptible de compenser cette faiblesse plus tard dans l'année, alors que l'expert attend également une amélioration continue des dépenses d'investissement et des exportations.