Marchés français ouverture 4 h 13 min
  • Dow Jones

    30 932,37
    -469,63 (-1,50 %)
     
  • Nasdaq

    13 192,35
    +72,95 (+0,56 %)
     
  • Nikkei 225

    29 621,26
    +655,25 (+2,26 %)
     
  • EUR/USD

    1,2088
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • HANG SENG

    29 326,37
    +346,16 (+1,19 %)
     
  • BTC-EUR

    38 408,65
    +244,02 (+0,64 %)
     
  • CMC Crypto 200

    927,86
    -5,28 (-0,57 %)
     
  • S&P 500

    3 811,15
    -18,19 (-0,48 %)
     

UpCycle, la PME qui recycle les déchets alimentaires là où ils ont été produits

·2 min de lecture

Cette PME de Saint-Nom-la-Bretèche a trouvé une solution pour lutter contre le réchauffement climatique. Recycler les déchets alimentaires à l’endroit où ils ont été produits.

D’emblée, la "chose" accroche le regard. Improbable, la présence de ce rectangle de près de quatre mètres de long dans la cour d’un immeuble bourgeois du 9e arrondissement de Paris. L’objet qui a été installé en novembre dernier a des allures d’armoire normande. Propriété de la PME française UpCycle, c’est un composteur de déchets alimentaires. L’engin appelé Demeterra composte les déchets –épluchures de fruits et légumes, coquilles d’œuf ou restes de repas (trognons, os, couennes)- venant destiné aux salariés d’un espace de coworking. Et contrairement aux idées reçues, la machine ne génère pas d’odeurs. Les biodéchets sont mis dans une trappe. A l’intérieur, une vis sans fin fait avancer le substrat qui est mélangé à des copeaux de bois. Le tout dans une température d’environ 65 degrés. L’ensemble est digéré par des bactéries. Quinze jours plus tard la machine recrache du compost frais qui mature ensuite six semaines dans des bacs. La matière résiduelle est alors distribuée à des jardiniers, maraîchers, pépiniéristes qui l’utilisent comme fertilisant. Ou proposé aux coworkers pour leurs usages personnels.

Le compostage de proximité fonctionne . La matière organique est rendue aux sols. Ses atouts sont indéniables, mais la filière est encore peu développée. Aujourd’hui, plus de 80% des déchets alimentaires sont enfouis ou incinérés. Une absurdité écologique et économique pour Arnaud Ulrich, cofondateur d’UpCycle : "L’enfouissement émet 650 kilos de CO2 pour une tonne de déchets, l’incinération 50 kilos, le compostage sur site seulement 10 kilos." Pourquoi cette différence ? "Parce qu’avec le compostage sur site on s’affranchit du transport en camion qui représente la moitié du coût, poursuit Arnaud Ulrich. Le coût du traitement d’une tonne de déchets acheminée en camion tourne entre 200 et 800 euros. Avec notre solution, nous sommes autour de 100-150 euros."

Un marché potentiel de 9.000 machines

Ancien de l’EDHEC, Arnaud Ulrich, 38 ans, débute sa carrière chez Lero[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi