La bourse est fermée
  • Dow Jones

    32 701,80
    +581,52 (+1,81 %)
     
  • Nasdaq

    11 761,62
    +326,88 (+2,86 %)
     
  • Nikkei 225

    26 604,84
    -72,96 (-0,27 %)
     
  • EUR/USD

    1,0724
    +0,0039 (+0,36 %)
     
  • HANG SENG

    20 116,20
    -55,07 (-0,27 %)
     
  • BTC-EUR

    27 597,01
    -409,64 (-1,46 %)
     
  • CMC Crypto 200

    647,55
    -13,60 (-2,06 %)
     
  • S&P 500

    4 064,54
    +85,81 (+2,16 %)
     

Université: pourquoi Macron a raison de vouloir la rendre payante

·2 min de lecture

EDITO - En clôture du Congrès de la Conférence des présidents d'universités, le chef de l'État a proposé une réforme systémique de l’Université, en la rendant plus professionnalisante et payante. Une présentation volontairement provocatrice, mais une bonne idée sur le fond.

Le tabou absolu. L’université gratuite, accessible à tous… La moindre augmentation des droits d’inscription et c’est la grève, les manifs, les procès en déni démocratique. Alors pourquoi une telle proposition de rendre l'université plus professionnalisante et payante? C’est, bien sûr, avant tout un coup politique. Comme avec la retraite à points, a mis sur le tapis un sujet majeur, structurant, qui lui vaut de se démarquer des autres candidats, par son audace réformatrice. C’est la seule idée nouvelle de cette campagne, alors que les candidats rabâchent les mêmes propositions, sur l’immigration, le nombre de fonctionnaires, la sécurité… Reste une question: une telle réforme ne risque-t-elle pas de finir aux oubliettes, comme la retraite à points, victime de tous les lobbys et de tous les conservatismes? C’est à craindre. Mais sur le fond, l’idée est bonne. Et même excellente. Pas forcément réactionnaire. Bien au contraire. Et elle ne se résume pas à augmenter les frais de scolarité.

C’est sous l’Ancien régime que la France a commencé à se doter de "grandes écoles", forgeant une élite incarnant la compétence, capable d’épauler les gouvernants, et d’imposer leurs décisions aux seigneurs féodaux. Une technostructure dirait-on aujourd’hui. Ingénieurs des fortifications, qu’on appelait communément ingénieurs du roi, officiers du génie, Ecole des Ponts et chaussées (initialement bureau des dessinateurs), inspection des Finances, Conseil d’Etat… Tous ces grands corps ont été créé sous l’Ancien régime. Notamment par l’intendant des Finances Daniel-Charles Trudaine. La révolution a entériné ce modèle fortement jacobin, centralisateur, avec la suppression de l’Université de Paris (par décret de la Convention du 15 septembre 1793) et son remplacement par un ensemble de grandes écoles (École polytechnique, Conservatoire national des arts et métiers, École normale supérieure, École des beaux-arts). Ce bref retour aux origines permet de comprendre l’attachement de notre pays -[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles