La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 727,52
    +42,31 (+0,63 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 182,91
    +33,85 (+0,82 %)
     
  • Dow Jones

    35 294,76
    +382,20 (+1,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,1606
    +0,0005 (+0,05 %)
     
  • Gold future

    1 768,10
    -29,80 (-1,66 %)
     
  • BTC-EUR

    53 000,77
    +3 155,91 (+6,33 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 464,06
    +57,32 (+4,07 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,66
    +1,35 (+1,66 %)
     
  • DAX

    15 587,36
    +124,64 (+0,81 %)
     
  • FTSE 100

    7 234,03
    +26,32 (+0,37 %)
     
  • Nasdaq

    14 897,34
    +73,91 (+0,50 %)
     
  • S&P 500

    4 471,37
    +33,11 (+0,75 %)
     
  • Nikkei 225

    29 068,63
    +517,70 (+1,81 %)
     
  • HANG SENG

    25 330,96
    +368,37 (+1,48 %)
     
  • GBP/USD

    1,3751
    +0,0074 (+0,54 %)
     

Universal Music Group en Bourse: Lucian Grainge, music imperator

·2 min de lecture

PORTRAIT - Autant respecté par les rappeurs que par les milieux d’affaires, le patron d’UMG, numéro un mondial de l’industrie musicale et filiale de Vivendi, vient de réussir l’entrée en Bourse de cette pépite façonnée avec un flair unique.

L’exercice le met mal à l’aise, mais il s’y plie en grand professionnel. Ce 25 août, à 5 heures du matin, heure de Los Angeles, Lucian Grainge lance la visioconférence la plus importante de sa carrière : en Bourse d’Universal Music Group (UMG), le numéro un mondial de l’industrie musicale, qu’il dirige depuis une décennie. De Bob Marley à Billie Eilish en passant par les Beatles, les Rolling Stones ou Ariana Grande, aucun autre catalogue ne rivalise avec celui d’UMG. L’opération boursière a eu lieu à Amsterdam, ce mardi 21 septembre. La filiale de Vivendi est valorisée à plus de 40 milliards de dollars. Il aura fallu convaincre, vendre la belle histoire aux analystes et investisseurs.

Alors Lucian Grainge, plus à l’aise avec le rappeur Drake ou la chanteuse pop Taylor Swift, donne le meilleur de lui-même. UMG affiche un chiffre d’affaires de 7,4 milliards d’euros en 2020 et six années consécutives de croissance grâce à de "nouvelles façons de monétiser la musique", récite-t-il sur un ton monocorde, dans un anglais fortement teinté d’accent britannique. Les diapositives s’enchaînent et, tout d’un coup, entre une courbe et des colonnes de chiffres, apparaît une vieille photo en noir et blanc : la devanture d’une boutique de la banlieue de Londres, celle de son père, Cecil, qui vendait des téléviseurs, des postes de radio… et des disques vinyles.

Entre lui et la musique, l’histoire remonte à loin. Premier message subliminal. Le second vient à la fin de son intervention. Avant de quitter le pupitre, l’homme prend bien soin de remettre ostensiblement son masque FFP2. Une sage précaution : l’an dernier, un vent de panique s’était propagé dans les milieux d’affaires et du showbiz de la côte Ouest après l’annonce de son hospitalisation pour Covid-19. Peu de temps auparavant, le 29 février, il avait célébré son soixantième anniversaire à Palm Springs avec le gotha de l’industrie musicale et de la tech américaine, dont le PDG d’Apple Tim Cook et son adjoint Eddy Cue. L’histo[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles