Marchés français ouverture 2 h 55 min
  • Dow Jones

    29 490,89
    +765,38 (+2,66 %)
     
  • Nasdaq

    10 815,43
    +239,82 (+2,27 %)
     
  • Nikkei 225

    26 958,03
    +742,24 (+2,83 %)
     
  • EUR/USD

    0,9838
    +0,0011 (+0,11 %)
     
  • HANG SENG

    17 079,51
    -143,32 (-0,83 %)
     
  • BTC-EUR

    19 926,01
    +293,36 (+1,49 %)
     
  • CMC Crypto 200

    446,00
    +10,64 (+2,44 %)
     
  • S&P 500

    3 678,43
    +92,81 (+2,59 %)
     

"Une union populaire originale, inédite", rassemblée pour la "marche des libertés"

·1 min de lecture

Dans 144 villes de France, les partis de gauche et les syndicats se sont mobilisés contre les idées de l'extrême droite. Un cortège a également défilé à Paris, parti de la place Clichy en début d'après-midi pour arriver place de la République. L'un des évènements marquants du rassemblement a été l'enfarinage de Jean-Luc Mélenchon, le patron de la France insoumise, au moment de prendre la parole devant les journalistes. Les militants, eux, se sont montrés unis et déterminés.

"120 organisations" présentes

Le député LFI Eric Coquerel a tenu à souligner l'importante mobilisation du jour. "Aujourd'hui, le thème c'est qu'il y a 120 organisations, quasiment tous les syndicats, des associations, des organisations politiques, des médias. C'est une union populaire pour les libertés et contre l'extrême droite. C'est très bien que tous les partis de gauche soient ici aujourd'hui, ça aide mais c'est pas ça que nous sommes en train de faire. Ce que nous commençons, c'est une union populaire originale, inédite".

LIRE AUSSI - "Marche des libertés" : Manuel Valls évoque une gauche "ambiguë" et une "union de façade"

De nombreuses personnalités politiques étaient en effet présentes, mais pas toutes. Les leaders des différentes formations ont défilé en ordre dispersé avec notamment le patron du Parti communiste, Fabien Roussel, à Lille. Mais dans le cortège parisien, les manifestants avaient visiblement à cœur de montrer l'unité de la gauche face à l'extrême droite et les pancartes, elles,...


Lire la suite sur Europe1