La bourse est fermée

Unilever menace de retirer ses pubs de plateformes numériques "toxiques"

latribune.fr

Le géant des produits de grande consommation Unilever, qui dispose de l'un des plus gros budgets publicitaires au monde, menace de ne plus mettre de publicités sur les plates-formes numériques comme Facebook ou Google s'il juge qu'elles "sèment la division" au sein de la société et exposent les enfants à des dangers.

Keith Weed, directeur commercial d'Unilever, qui fabrique entre autres les savons Dove, les soupes Knorr ou encore les glaces Magnum, doit expliquer cette initiative dans un discours lundi en Californie.

Lutte anti-fake news et contenus "toxiques"

Selon la version écrite de son intervention, il invitera les acteurs des nouvelles technologies à améliorer leur transparence et la confiance des utilisateurs dans une époque où se répandent en ligne de fausses informations ("fake news") et des contenus "toxiques".

"Unilever, en tant qu'annonceur fiable, ne veut pas mettre de publicités sur des plates-formes qui ne fournissent pas une contribution positive à la société", doit-il déclarer.

Keith Weed ne met nommément en cause aucune entreprise mais il souligne que la confiance dans les réseaux sociaux est au plus bas en raison d'une impression de laxisme laissée par ces sites vis-à-vis des contenus illégaux, immoraux et extrémistes.

Les dépenses commerciales d'Unilever, un levier de 7,7 milliards d'euros

"Les fake news, le racisme, le sexisme, les messages de haine diffusés par des terroristes, les contenus toxiques à destination des enfants (...) il est dans l'intérêt des médias numériques d'écouter et d'agir sur ce sujet", doit dire Keith Weed. "Avant que les utilisateurs arrêtent d'utiliser, que les annonceurs arrêtent d'annoncer et que les éditeurs arrêtent d'éditer."

Unilever a consacré l'an dernier environ 7,7 milliards d'euros à ses dépenses commerciales. La publicité sur les supports numériques représente environ un tiers de son budget

(...) Lire la suite sur La Tribune.fr


Addiction : des anciens de la Silicon Valley tirent la sonnette d'alarme
Dépendant de la pub, Google cherche sa nouvelle croissance
Facebook, critiqué de toutes parts
Chute du temps passé : un début de fatigue pour Facebook ?
"Fake news" : Facebook veut privilégier l'info locale
Facebook va-t-il vérifier les pièces d'identité de ses utilisateurs ?