La bourse ferme dans 2 h 36 min
  • CAC 40

    5 895,09
    -136,39 (-2,26 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 442,22
    -72,10 (-2,05 %)
     
  • Dow Jones

    31 029,31
    +82,32 (+0,27 %)
     
  • EUR/USD

    1,0400
    -0,0043 (-0,42 %)
     
  • Gold future

    1 821,30
    +3,80 (+0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    18 511,69
    -908,56 (-4,68 %)
     
  • CMC Crypto 200

    412,16
    -27,51 (-6,26 %)
     
  • Pétrole WTI

    109,18
    -0,60 (-0,55 %)
     
  • DAX

    12 709,37
    -293,98 (-2,26 %)
     
  • FTSE 100

    7 175,01
    -137,31 (-1,88 %)
     
  • Nasdaq

    11 177,89
    -3,65 (-0,03 %)
     
  • S&P 500

    3 818,83
    -2,72 (-0,07 %)
     
  • Nikkei 225

    26 393,04
    -411,56 (-1,54 %)
     
  • HANG SENG

    21 859,79
    -137,10 (-0,62 %)
     
  • GBP/USD

    1,2121
    -0,0001 (-0,01 %)
     

Un nouveau radar anti-freinage pourrait bientôt arriver sur les routes de France

Les radars anti-freinage doivent être placés juste avant les radars automatiques pour savoir si les automobilistes ont freiné ou s'ils ont conservé leur vitesse initiale. (Getty Images/iStockphoto)

À partir du mois de juillet, l'Espagne va tester un nouveau type de radar, dit "anti-freinage", pour verbaliser les automobilistes qui freinent juste avant un radar classique. Un dispositif qui pourrait prochainement franchir la frontière française.

On n'en finit plus de découvrir de nouveaux types de radars. Après les voitures-radars, les radars tourelles, les radars anti-pollution ou encore les radars sonores, les radars anti-freinage pourraient bientôt faire leur apparition en France. Testés par nos voisins espagnols à partir du mois de juillet, ils permettent de détecter et donc de verbaliser les automobilistes qui mettent un coup de frein pour ne pas se faire flasher.

Grâce aux panneaux de signalisation ainsi qu'aux applications GPS, les usagers de la route connaissent par cœur l'emplacement des radars automatiques, ce qui les incite à freiner juste avant le radar puis à accélérer après l'avoir passé. Un comportement à risque qui a poussé les autorités espagnoles à développer ce nouveau dispositif anti-freinage.

Ces appareils mobiles sont placés juste avant un radar classique de contrôle et analysent les changements brusques de vitesse à l'approche du radar. S'ils peuvent être déplacés, ces radars doivent donc rester proches des radars fixes classiques. Les PV sont ensuite envoyés aux automobilistes qui ont pilé avant le point de contrôle. En Espagne, les 26 appareils de ce type sont majoritairement déployés sur les routes secondaires. Si la France regarde ce dispositif avec intérêt, les autorités vont attendre les premiers bilans de l'expérimentation en Espagne avant de prendre une décision.

Un problème niveau juridique ?

Cependant, le risque de voir ce nouveau type de radars débarquer en France reste mince pour plusieurs raisons. La première, comme le fait remarquer L'Automobile magazine, est que se passe-t-il si un automobiliste freine brusquement pour une autre raison comme pour éviter une collision ou lors d'une perte de contrôle ? La seconde raison est d'ordre juridique, comme le fait remarquer à RTL Maitre Rémy Josseaume, spécialiste du droit routier. "Aujourd'hui, en droit français, ce radar n'est absolument pas envisageable et applicable pour une raison très simple, il n'y a pas de tentative d'infraction en matière contraventionnelle. Je ne vois pas comment on pourrait déduire du fait qu'une personne va freiner de manière excessive, le fait que s'il n'avait pas freiné il aurait été verbalisé par un radar. C'est absolument inconcevable à ce stade en droit français", affirme-t-il.

À LIRE AUSSI >> Qu’est-ce que le nouveau radar sonore, en phase de test à Paris ?

Difficile donc d'imaginer ces radar "anti-freinage" débarquer prochainement en France mais vous êtes prévenus, si vous vous rendez de l'autre côté des Pyrénées en voiture cet état, redoublez de vigilance.

VIDÉO - Téléphone au volant: Un risque d'accident multiplié par 4

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles