Marchés français ouverture 8 h 30 min
  • Dow Jones

    28 725,51
    -500,09 (-1,71 %)
     
  • Nasdaq

    10 575,62
    -161,88 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,89 (-1,84 %)
     
  • EUR/USD

    0,9803
    -0,0016 (-0,17 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,93 (+0,33 %)
     
  • BTC-EUR

    19 645,88
    -189,67 (-0,96 %)
     
  • CMC Crypto 200

    443,49
    +0,06 (+0,01 %)
     
  • S&P 500

    3 585,62
    -54,85 (-1,51 %)
     

Ulf Kristersson, le conservateur suédois qui a tendu la main à l'extrême droite

TT NEWS AGENCY

Après la défaite de la gauche aux élections, le dirigeant du parti conservateur Ulf Kristersson doit devenir le premier chef d'un gouvernement suédois à s'appuyer sur l'extrême droite.

La Première ministre suédoise Magdalena Andersson a reconnu mercredi 14 septembre la défaite de la gauche et la victoire du bloc constitué par la droite et l'extrême droite aux élections législatives, après un comptage quasi-complet des voix d'un scrutin très serré.

En conséquence, la dirigeante social-démocrate a annoncé sa démission, qui sera officiellement présentée jeudi.

Le bloc formé par trois partis de droite et le parti d'extrême droite des Démocrates de Suède (SD) a "une petite majorité, mais néanmoins une majorité", a-t-elle déclaré au cours d'une conférence de presse.

Equilibriste

Le dirigeant du parti conservateur Ulf Kristersson doit donc devenir le premier chef d'un gouvernement suédois à s'appuyer sur l'extrême droite après les élections de dimanche. Cet ancien gymnaste a réussi l'acrobatie d'unir les droites, au risque d'y perdre l'équilibre.

Petites lunettes rondes et physique de poids plume, sourire éclatant, "Uffe" a posé sur ses affiches avec un compagnon omniprésent : son chien de chasse Winston, un welsh springer spaniel reçu en cadeau de consolation après la défaite aux élections de 2018.

A l'époque, le leader des Modérés - le nom de son parti - jure de ne pas entamer de pourparlers avec le parti nationaliste et anti-immigration des Démocrates de Suède (SD). Il échoue alors d'un rien dans sa tentative de reprendre le pouvoir à la gauche social-démocrate.

Pacte faustien

Quatre ans plus tard, il tient sa revanche, au prix d'un rapprochement inédit entamé fin 2019 avec les SD. La seule voie pour faire perdre la gauche selon ses soutiens, un pacte faustien pour ses détracteurs. "Mon côté de la politique", dit-il désormais pour qualifier l'attelage entre trois partis de la droite traditionnelle et les nationalistes, destiné à succéder à la gauche au pouvoir.

Ensemble, ils contrôlent 176 sièges au Parlement, selon des résultats quasi complets annoncés mercredi. Soit un siège de plus que la majorité absolue.

Campagne de droite dure

Diplômé d'économie[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi