Publicité
La bourse ferme dans 2 h 57 min
  • CAC 40

    7 608,13
    +36,56 (+0,48 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 902,41
    +21,99 (+0,45 %)
     
  • Dow Jones

    38 778,10
    +188,94 (+0,49 %)
     
  • EUR/USD

    1,0732
    -0,0003 (-0,03 %)
     
  • Gold future

    2 327,10
    -1,90 (-0,08 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 781,64
    -352,54 (-0,58 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 352,80
    -36,61 (-2,63 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,36
    +0,03 (+0,04 %)
     
  • DAX

    18 111,45
    +43,24 (+0,24 %)
     
  • FTSE 100

    8 182,82
    +40,67 (+0,50 %)
     
  • Nasdaq

    17 857,02
    +168,14 (+0,95 %)
     
  • S&P 500

    5 473,23
    +41,63 (+0,77 %)
     
  • Nikkei 225

    38 482,11
    +379,67 (+1,00 %)
     
  • HANG SENG

    17 915,55
    -20,57 (-0,11 %)
     
  • GBP/USD

    1,2689
    -0,0016 (-0,12 %)
     

Ukraine : Zelensky dément la capture de Bakhmout revendiquée par la Russie

Moscou et Kiev ont subi d'importantes pertes à Bakhmout, ville de quelque 70 000 habitants avant l'offensive russe aujourd'hui en grande partie détruite par les combats.  - Credit:Philippe de Poulpiquet / MAXPPP / PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP
Moscou et Kiev ont subi d'importantes pertes à Bakhmout, ville de quelque 70 000 habitants avant l'offensive russe aujourd'hui en grande partie détruite par les combats. - Credit:Philippe de Poulpiquet / MAXPPP / PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP

L'armée ukrainienne affirme mener des contre-attaques dans la ville dévastée de Bakhmout, dont le président Volodymyr Zelensky a démenti la capture revendiquée par la Russie. Le chef du groupe paramilitaire russe Wagner, Evgueni Prigojine, dont les hommes sont en première ligne dans les combats, puis le ministère russe de la Défense avaient assuré samedi avoir « totalement libéré » Bakhmout, ville minière de l'est de l'Ukraine et épicentre de la bataille la plus longue et la plus meurtrière de la guerre qui a commencé en février 2022.

Mais Volodymyr Zelensky, qui se trouvait, lui, au Japon pour un sommet du G7, au cours duquel il a récolté soutiens diplomatiques et aide militaire, a assuré dimanche que la ville « n'est pas occupée » par les troupes russes, après une série de déclarations ambiguës sur la situation sur place. « Il n'y a rien dans cet endroit […], juste des ruines et beaucoup de Russes morts », a-t-il lancé en semblant suggérer que Bakhmout ne serait qu'une victoire à la Pyrrhus pour les Russes. Il a comparé les destructions sur place à celles causées par le bombardement à l'arme atomique par les États-Unis d'Hiroshima en 1945.

« Bakhmout et Mariinka restent l'épicentre des hostilités »

Le commandant des forces terrestres ukrainiennes, Oleksandre Syrsky, a, lui, indiqué que ses troupes ne contrôlaient plus qu'une partie « insignifiante » de Bakhmout, tout en « continuant à avancer » sur les flancs au nord et au sud de la ville. Selon la vice-min [...] Lire la suite