La bourse est fermée
  • Dow Jones

    32 654,59
    +431,17 (+1,34 %)
     
  • Nasdaq

    11 984,52
    +321,73 (+2,76 %)
     
  • Nikkei 225

    26 659,75
    +112,70 (+0,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,0554
    +0,0116 (+1,11 %)
     
  • HANG SENG

    20 602,52
    +652,31 (+3,27 %)
     
  • BTC-EUR

    28 575,14
    +128,47 (+0,45 %)
     
  • CMC Crypto 200

    677,94
    +435,26 (+179,36 %)
     
  • S&P 500

    4 088,85
    +80,84 (+2,02 %)
     

Ukraine: la paix ne se construira pas dans "l'humiliation" de la Russie, affirme Macron

Emmanuel Macron a déclaré lundi à Strasbourg que, pour mettre fin à la guerre menée en Ukraine par l'armée russe, la paix devra se construire sans "humilier" la Russie.

Emmanuel Macron a déclaré lundi à Strasbourg que, pour mettre fin à la guerre menée en Ukraine par l'armée russe, la paix devra se construire sans "humilier" la Russie.

"Nous aurons demain une paix à bâtir, ne l'oublions jamais. Nous aurons à le faire avec autour de la table l'Ukraine et la Russie (...) Mais cela ne se fera ni dans la négation, ni dans l'exclusion de l'un l'autre, ni même dans l'humiliation", a déclaré le président français au cours d'une conférence de presse au Parlement européen.

Un peu plus tôt, au cours d'un discours, Emmanuel Macron avait également déclaré: "quand la paix reviendra sur le sol européen, nous devrons en construire les nouveaux équilibres de sécurité" sans "jamais céder à la tentation ni de l'humiliation, ni de l'esprit de revanche".

"Car ils ont déjà trop, par le passé, ravagé les chemins de la paix", a-t-il ajouté, en faisant le parallèle avec le traité de Versailles conclu après la Première Guerre mondiale, marqué par "l'humiliation" de l'Allemagne.

D'ici là, les Européens doivent "tout faire pour que l'Ukraine puisse tenir et la Russie ne jamais l'emporter", mais aussi "préserver la paix sur le reste du continent européen et éviter toute escalade" avec Moscou, a réaffirmé le président français.

Selon lui, la journée de lundi a "donné deux visages très différents du 9 mai", à la fois Journée de l'Europe dans l'UE et célébration de l'anniversaire de la victoire de 1945 sur l'Allemagne nazie en Russie.

A Moscou, "il y avait une volonté de démonstration de force, d'intimidation et un discours résolument guerrier" du président Vladimir Poutine. Tandis qu'à Strasbourg, "il y avait l'association de citoyens, de parlementaires nationaux et européens" pour "penser l'avenir" du continent, a-t-il dit.

Retrouvez cet article sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles